Bruxelles: la traque continue, l'aéroport reste fermé

La capitale belge, frappée le 22 mars à... (Archives AP)

Agrandir

La capitale belge, frappée le 22 mars à 07h58 par un double attentat-suicide à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem puis, environ une heure plus tard, par un troisième kamikaze dans le métro, garde encore des stigmates des attaques.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe SIUBERSKI, Matthieu DEMEESTERE
Agence France-Presse
BRUXELLES

La police belge tente toujours de mettre la main sur le principal suspect en fuite une semaine après les attentats djihadistes qui ont fait 32 morts à Bruxelles, dont l'aéroport, frappé par les explosions, reste encore fermé mercredi.

Après un travail complexe, les autorités ont terminé mardi l'identification des victimes. Le bilan a ainsi été révisé à la baisse, «après vérification approfondie», a annoncé le ministère de la Santé, reconnaissant que trois personnes avaient initialement été comptabilisées deux fois parmi les morts.

Selon le parquet de Bruxelles, 17 personnes tuées étaient belges et 15 étrangères (18 en tenant compte des binationaux). Dans la capitale de l'Union européenne, une ville très cosmopolite, des expatriés et voyageurs de treize nationalités différentes ont perdu la vie dans les attaques djihadistes, qui ont également fait 340 blessés dont 94 étaient encore hospitalisés.

La capitale belge, frappée le 22 mars à 07h58 par un double attentat-suicide à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem puis, environ une heure plus tard, par un troisième kamikaze dans le métro, garde encore des stigmates des attaques.

L'aéroport, dont le hall des départs a été dévasté, a testé mardi des infrastructures temporaires, avec une simulation de reprise partielle de l'activité.

Mais il ne pourra pas encore rouvrir mercredi comme espéré un temps par la société gestionnaire Brussels Airport, qui a déjà prévenu qu'un retour à la normale prendrait «des mois».

Une fermeture lourde de conséquences: la compagnie Brussels Airlines a dit à l'AFP vivre «la plus grande crise» de son histoire, avec un manque à gagner de cinq millions d'euros par jour.

La circulation du métro, elle, doit reprendra mercredi sur l'ensemble du réseau, à l'exception de la station Maelbeek, où s'est fait exploser un kamikaze.

Sérieux revers 

L'enquête, qui avait permis d'identifier rapidement les trois kamikazes et leurs liens avec les commandos du groupe djihadiste État islamique (EI) qui ont tué 130 personnes le 13 novembre à Paris, a subi lundi un sérieux revers.

La justice a libéré le seul homme inculpé pour les attaques bruxelloises, Fayçal Cheffou, qui s'est avéré ne pas être le troisième poseur de bombe de l'aéroport, recherché depuis une semaine.

Ce suspect-clé, «l'homme au chapeau» repéré sur des images de vidéosurveillance à côté des deux kamikazes de l'aéroport et qui a abandonné sa valise piégée avant de prendre la fuite, est donc toujours en cavale.

Fayçal Cheffou «a donné un alibi au niveau de la téléphonie, disant qu'il était chez lui au moment des attentats», a expliqué son avocat Olivier Martins à la télévision RTBF.

Mais le maire de Bruxelles Yvan Mayeur, qui soupçonne Fayçal Cheffou d'avoir tenté de recruter des réfugiés dans un campement pour migrants par le passé, a semblé déplorer sa libération, jugeant «ténue» la frontière «entre un radical agité et un radical recruteur».

Cette nouvelle polémique s'ajoute à d'autres critiques déjà adressées aux autorités belges, notamment pour défaut de surveillance d'un des kamikazes de l'aéroport, qui n'a pas été inquiété après avoir été arrêté en Turquie puis expulsé l'été dernier.

Les Pays-Bas ont en outre confirmé que le FBI avait fiché cet homme, Ibrahim El Bakraoui, dès septembre 2015. La Haye, mis en garde par les Américains quelques jours avant le 22 mars, assure avoir aussitôt prévenu la police belge, qui conteste cette version.

Pour le ministre de la Justice Koen Geens, mis en cause avec son collègue de l'Intérieur Jan Jambon, «ce n'est pas le moment de se battre entre nous».

Signe d'une menace toujours élevée, les enquêtes sur les réseaux djihadistes prennent une tournure de plus en plus européenne, avec de nouvelles arrestations ces derniers jours en Belgique, en France, en Italie et aux Pays-Bas.

La France a ainsi annoncé avoir mis «en échec» un projet d'attentat avec des ramifications européennes. La garde à vue du principal suspect, l'ex-braqueur français Reda Kriket, a été prolongée mardi de 24 heures par la justice française. Un de ses complices présumés arrêté dimanche aux Pays-Bas a pour sa part refusé d'être extradé vers la France, ce qui devrait ralentir la procédure.

Deux hommes inculpés en Belgique en liaison avec le projet d'attentat déjoué en France doivent comparaître mercredi devant la justice belge qui statuera sur leur maintien en détention.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer