Les publications de l'EI ne mentionnent pas la tuerie de Nice

Malgré le silence de l'EI après la tuerie... (Photo AFP)

Agrandir

Malgré le silence de l'EI après la tuerie de Nice, des partisans du groupe djihadiste ont célébré l'attaque sur les réseaux sociaux.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Nice

International

Attentat à Nice

En pleines célébrations de la fête nationale française, la ville de Nice a été frappée par une attaque terroriste alors qu'un homme au volant de son camion a semé la mort parmi les gens massés sur la promenade des Anglais pour assister à des feux d'artifice. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Les communiqués et publications vendredi du groupe djihadiste État islamique (EI) ne mentionnent pas la tuerie de Nice qui a coûté la vie à au moins 84 personnes dans cette ville du sud-est de la France.

Ni les communiqués de l'organisation extrémiste, ni l'agence Amaq liée à l'EI ni la radio des djihadistes ne mentionnent l'attaque qui, selon le procureur de Paris François Molins, correspond «très exactement aux appels permanents au meurtre» des djihadistes.

Jeudi soir, en pleine célébration du 14 juillet sur la promenade des Anglais à Nice, un homme à bord d'un camion a foncé sur la foule tuant au moins 84 personnes et en blessant plus de 200.

Le chauffeur, identifié comme Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un Tunisien domicilié à Nice, a été abattu par la police.

L'EI - qui contrôle de larges pans de territoires en Irak et en Syrie depuis 2014 - a revendiqué plusieurs attentats meurtriers qui ont fait des dizaines de morts en France, en Belgique, aux États-Unis, ou dans les pays arabes.

Malgré le silence de l'EI après la tuerie de Nice, des partisans du groupe djihadiste ont célébré l'attaque sur les réseaux sociaux.

Les liens de l'auteur de la tuerie de Nice avec l'islamisme radical sont sujets à caution. Le premier ministre français Manuel Valls a déclaré vendredi soir : «C'est un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre».

Mais le ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve a refusé de confirmer que l'homme était lié à l'islam radical.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer