Nice: Obama dénonce une attaque «effroyable» contre la liberté

Le président américain, Barack Obama... (Photo Carolyn Kaster, AP)

Agrandir

Le président américain, Barack Obama

Photo Carolyn Kaster, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Nice

International

Attentat à Nice

En pleines célébrations de la fête nationale française, la ville de Nice a été frappée par une attaque terroriste alors qu'un homme au volant de son camion a semé la mort parmi les gens massés sur la promenade des Anglais pour assister à des feux d'artifice. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président des États unis Barack Obama a dénoncé vendredi l'attaque «tragique et effroyable» qui a eu lieu jeudi soir à Nice, dans le sud de la France, y voyant une attaque contre «la liberté et la paix».

«Nous ne pouvons céder à la peur ou nous dresser les uns contre les autres ou sacrifier notre mode de vie», a-t-il martelé lors d'une brève déclaration à la Maison-Blanche en présence de diplomates, parmi lesquels l'ambassadeur de France à Washington Gérard Araud.

Promettant une nouvelle fois de «détruire» le groupe Etat islamique, il a affiché sa volonté d'y parvenir en restant «fidèle aux valeurs de pluralisme, de diversité et de liberté que les gens célébraient à Nice le 14 juillet».

Dénonçant des «terroristes qui n'ont à offrir que la mort et le nihilisme», le président américain a estimé que «cette haine et cette violence ne faisaient pas le poids face (...) aux gens de bonne volonté».

M. Obama a précisé avoir redit à son homologue français François Hollande que la France était non seulement «le plus vieil allié» des États-Unis, mais aussi «l'un des plus forts».

«Le monde entier est solidaire avec le peuple de France», a-t-il encore dit.

À trois jours du début de la convention républicaine à Cleveland, M. Obama a aussi jugé «répugnante» l'idée, avancée par un proche de Donald Trump, de faire passer un examen sur leurs croyances à tous les musulmans aux États-Unis et d'éventuellement les expulser.

Le président américain a jugé que cette idée --avancée par Newt Gingrich -- était «un affront à tout ce que nous représentons en tant qu'Américains».

Des moyens militaires « renforcés » contre l'EI

La coalition internationale conduite par les États-Unis va renforcer ses moyens militaires contre le groupe État islamique (EI) lors d'une réunion ministérielle le 20 juillet à Washington, a annoncé vendredi le premier ministre français.

« Nous allons renforcer les moyens de la coalition » lors de cette réunion « très importante » à laquelle participera notamment le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, a déclaré Manuel Valls sur la chaîne de télévision France 2.

« On nous a déclaré la guerre et cette guerre nous la menons, en Irak et en Syrie [...] et j'ai la conviction que nous gagnerons cette guerre contre le terrorisme », a-t-il ajouté, au lendemain de l'attentat perpétré à Nice dans lequel au moins 84 personnes ont trouvé la mort.

Le président François Hollande avait déjà assuré dans la nuit de jeudi à vendredi, sans autre précision, que la France allait « renforcer » son « action en Irak et en Syrie ».

À la veille de la fête nationale du 14 juillet, il avait annoncé l'envoi de soldats français supplémentaires pour conseiller les forces irakiennes (ils s'ajouteront aux 300 à 400 actuels) et redéployer le porte-avions Charles de Gaulle au Moyen-Orient à l'automne.

Les États-Unis ont aussi annoncé l'envoi de centaines de soldats américains supplémentaires en Irak pour aider les forces gouvernementales à lutter contre l'EI et reprendre la ville de Mossoul. Après ce nouveau déploiement, ils compteront plus de 4600 militaires en Irak.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer