Assaut à Saint-Denis: le policier maître-chien de Diesel se confie

Le policier de l'unité d'élite RAID qui était le maître du chien Diesel, tué... (IMAGE TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE LA POLICE NATIONALE FRANÇAISE)

Agrandir

IMAGE TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE LA POLICE NATIONALE FRANÇAISE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre à Paris. »

Le policier de l'unité d'élite RAID qui était le maître du chien Diesel, tué lors d'un assaut contre des terroristes à Saint-Denis, a raconté comment son compagnon est mort lors de l'intervention cette semaine dans la région parisienne.

Diesel, un mâle de sept ans de race berger malinois, est le premier chien du RAID tué lors d'une intervention policière, a-t-il confié à la chaîne spécialisée RMC, sous le couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité. Il ne lui restait qu'un an de loyaux services à accomplir avant sa retraite dans une famille d'adoption.

«Quand nous sommes arrivés sur les lieux de l'assaut, il y a eu de nombreux échanges de coups de feu, des grenades, a relaté son maître. Puis, le calme est revenu, un calme quasi anormal. Au bout de plusieurs minutes, on a décidé d'envoyer le chien. On s'est dit que des terroristes avaient peut-être été maîtrisés. Donc, on a décidé d'envoyer Diesel pour s'assurer que la zone est claire.» 

Diesel fait le tour d'une première pièce. Puis, une deuxième, a-t-il raconté. 

«J'ai vu qu'il a commencé à s'élancer, ensuite j'ai perdu le visuel. Il y a eu des coups de feu, et voilà. Je ne l'ai plus jamais revu. Je m'attendais à ce qu'il revienne en rampant, mais il n'est jamais revenu. Sans son intervention, des policiers auraient pu être abattus.» 

Le policier du RAID, encore ébranlé par la mort de Diesel, a parlé d'un compagnon de travail exceptionnel, entrainé pour se servir de tous ses sens lors des interventions. Il a raconté comment la confiance mutuelle s'était bâtie au fil des ans à ses côtés, à travers des épreuves sur le terrain, et des exercices ludiques, des jeux, aussi.

«Diesel était un chien de type "on-off", a-t-il ajouté. C'est-à-dire qu'il attendait les pattes croisées jusqu'au moment où il recevait le signal que c'était à son tour d'intervenir.»

En France, des voies s'élèvent pour que le chien mort en service reçoive une médaille de bravoure à titre posthume. La mort de la brave bête a même trouvé écho en Russie où un chiot destiné à des assauts a été offert. En plus d'être entrainé pour ouvrir la voie sur des champs de tir, Diesel était initié au saut en parachute, et à la descente en rappel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer