Minute de silence au Mémorial du 11-Septembre à New York

Brandissant des drapeaux français, une rose à la main, des centaines de... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre à Paris. »

Agence France-Presse
New York

Brandissant des drapeaux français, une rose à la main, des centaines de personnes ont observé lundi après-midi une minute de silence au Mémorial du 11-Septembre à New York, par solidarité après les attentats de Paris.

Dans la foule recueillie, des Français, mais aussi beaucoup d'Américains, et des touristes ayant fait le détour pour marquer ainsi leur soutien.

La foule a ensuite entonné la Marseillaise, avant qu'une longue file ne se forme pour déposer une fleur au pied de «l'arbre survivant», un poirier retiré des ruines du World Trade Center après l'effondrement des tours le 11 Septembre 2001. Il avait survécu après des soins intensifs, et a été replanté sur le Mémorial, devenant un symbole choyé de résilience.

«Nous sommes complètement solidaires avec la France, comme les Français ont été solidaires et nous ont soutenus quand nous en avions le plus besoin», a déclaré Joe Daniels, le président du Mémorial et du musée, construits là où se dressaient les tours jumelles du World Trade Center dans le sud de Manhattan.

«Ensemble nous trouverons la force», a-t-il ajouté.

Rendant hommage aux morts et aux blessés des attentats de Paris, l'ancien ambassadeur américain en France Craig Stapleton a aussi souligné la symbolique forte du lieu.

«En nous rassemblant ici, nous démontrons que nous pouvons dépasser la douleur», a-t-il relevé. «Nous sommes ici tous des Parisiens, tous des Français», a-t-il ajouté en français.

Le consul général de France à New York Bertrand Lortholary a également participé à la cérémonie, remerciant New York pour être «un exemple de détermination».

«Notre coeur est français aujourd'hui», expliquait aussi dans la foule, Nancy Ruiz, une Californienne d'une soixantaine d'années, en serrant un petit drapeau français.

«J'ai le coeur brisé», a aussi expliqué à l'AFP Alina Palanchuk, infirmière de 22 ans, d'origine moldave installée à Seattle, et en visite à New York. «J'aime la culture française, et c'est important que nous nous rassemblions, de partout dans le monde, pour montrer que nous sommes forts, pour montrer que nous avons le courage», a-t-elle ajouté.

«Le pouvoir est dans nos mains, la démocratie est plus forte que le terrorisme», a-t-elle insisté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer