Attentats de Paris: plusieurs arrestations à Bruxelles

La police a procédé à de nombreuses arrestations.... (PHOTO AFP/BELGA)

Agrandir

La police a procédé à de nombreuses arrestations.

PHOTO AFP/BELGA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Une série d'attentats à la ceinture explosive et à l'arme automatique a fait au moins 129 morts, vendredi 13 novembre 2015, à Paris. Il s'agit d'un carnage sans précédent, qualifié d'«acte de guerre» par le président François Hollande. La série d'attaques a été perpétrée par trois équipes de terroristes coordonnées. En tout, sept terroristes ont été retrouvés morts. »

Agence France-Presse
BRUXELLES

Cinq personnes ont été arrêtées samedi dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean, en lien avec les attentats de Paris qui ont fait 129 morts, a affirmé dimanche la bourgmestre (maire) de la localité, Françoise Schepmans.

Ces arrestations ont eu lieu en deux temps: deux personnes ont d'abord été interpellées samedi après-midi à proximité de la station de métro Osseghem, puis trois autres ont été arrêtées dans la soirée, dans le même quartier de Molenbeek, a précisé l'édile.

«Nous avons eu d'abord une opération pour intercepter un véhicule qui avait été repéré à la frontière française avec des occupants en lien avec les attentats de Paris», a précisé Mme Schepmans sur la télévision publique RTBF.

Il y a ensuite eu «trois perquisitions sur le territoire de la commune» dans la soirée. «Nous avons eu cinq arrestations» au total, a-t-elle indiqué.

Selon la RTBF, l'un des deux hommes appréhendés près de la station de métro Osseghem, «serait le frère de l'homme ayant loué la voiture en Belgique, et abandonnée devant le Bataclan», la salle de concert où au moins 89 personnes ont été tuées vendredi soir.

«Le frère est connu pour avoir tenté de partir en Syrie. Quant au loueur de la voiture, il est aussi connu de la justice pour des faits de stupéfiants, coups et blessures et détention d'armes. Cet homme est toujours activement recherché», a précisé la RTBF.

À propos des trois autres personnes interpellées dans la soirée, Mme Schepmans a indiqué qu'«elles vivaient à Molenbeek et leurs entourages aussi».

«On peut imaginer alors qu'il s'agissait d'un réseau», a-t-elle souligné.

Le parquet fédéral, qui avait fait état samedi seulement de trois arrestations à Molenbeek, devrait communiquer dimanche à l'issue des gardes à vue, d'une durée maximale de 24 heures en Belgique, et lorsque le juge d'instruction aura décidé ou pas de les inculper et de les placer en détention provisoire.

Les arrestations à Molenbeek «peuvent être vues en connexion avec une voiture Polo»  louée «en Belgique retrouvée devant le Bataclan», avait déclaré samedi le ministre belge de la Justice Koen Geens, également sur la RTBF.

«Celui qui a loué la voiture était un Belge. On le connaissait de par son frère», a ajouté M. Geens.

Pour sa part, le procureur de Paris, François Molins, a déclaré qu'un des véhicules utilisés était immatriculé en Belgique et loué par un Français, résidant en Belgique.

C'est à Molenbeek, quartier populaire à forte population immigrée, qu'ont séjourné depuis une vingtaine d'années les auteurs de plusieurs attentats jihadistes, de l'assassinat du commandant Massoud en Afghanistan en 2001 au responsable présumé de la tuerie au Musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche, qui avait fait quatre morts en mai 2014.

Le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, devait rencontrer dimanche à Paris son homologue français, Bernard Cazeneuve, pour évoquer les mesures de sécurité et de surveillance des frontières entre la France et la Belgique mises en place après les attentats de vendredi. La rencontre, prévue à 14H00 (13H00 GMT), a été repoussée à 17H00 (16H00 GMT), selon la porte-parole de M. Jambon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer