Italie: un jeune Afghan parcourt 400 km accroché sous un camion

Un Afghan d'une vingtaine d'années a parcouru 400 km sur une autoroute... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
Rome

Un Afghan d'une vingtaine d'années a parcouru 400 km sur une autoroute italienne accroché par des ceintures sous un poids lourd, avant d'être découvert à hauteur de Frosinone (centre), a annoncé mardi la police italienne.

Le jeune homme d'années s'était suspendu aux essieux à l'aide d'un harnais de fortune fait de ceintures en cuir, a raconté la police.

Ce sont des automobilistes, qui avaient remarqué une présence anormale sous le camion sur ce bout d'autoroute reliant Naples à Rome, qui ont permis de découvrir le jeune homme.

Dans une interview à Sky TG24, le jeune homme a déclaré qu'il avait versé 900 euros à un trafiquant qui l'avait attaché sous le camion sur un traversier en Grèce, où il avait passé six mois dans un camp de réfugiés, à destination de l'Italie.

Il a confié que ces 22 heures passées sous le camion avaient été dures, mais pas insupportables. «J'ai vécu des choses bien plus dangereuses que ça en Afghanistan», a-t-il expliqué.

Les chauffeurs bulgares, qui étaient partis de Turquie à destination de l'Espagne, ont affirmé n'avoir rien su de leur passager clandestin et ont été autorisés à reprendre leur route.

Épuisé par cette épreuve, le jeune homme, qui portait sur lui un document délivré par les autorités grecques aux réfugiés en transit, a été hospitalisé puis transféré dans un centre d'accueil pour migrants.

Ayant indiqué ne pas souhaiter déposer de demande d'asile en Italie, il a sept jours pour quitter le pays.

Des travailleurs humanitaires ont néanmoins exprimé leur souhait qu'il change d'avis et dépose une demande d'asile en Italie. Le jeune homme avait expliqué à Sky TG24 qu'il voulait aller en France pour y rencontrer des amis et que sa mère et ses frères vivaient en Suisse.

Plus de 100 000 migrants et réfugiés sont arrivés sur les côtes italiennes depuis le début de l'année, mais la plupart souhaitent poursuivre vers les pays d'Europe du Nord, plutôt que de déposer une demande d'asile dans le pays d'arrivée, comme cela est prévu par le règlement de Dublin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer