Le dalaï-lama juge qu'il y a trop de réfugiés en Europe

«L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un... (PHOTO AFP)

Agrandir

«L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne», a dit le chef spirituel des Tibétains.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
Berlin

Le dalaï-lama a estimé qu'il y avait à présent «trop» de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée mardi en Allemagne.

«Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent» en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

«L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne», a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak.

«Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays», a estimé le dalaï-lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans.

L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Le flux a nettement ralenti cette année, suite notamment à la fermeture de la «route des Balkans», principale voie d'accès depuis la Turquie l'an dernier.

Il a à ce sujet de nouveau exprimé l'espoir de revenir de son vivant au Tibet, en Chine, «peut-être dans quelques années».

«Si les conditions de mon retour sont réunies, ou à tout le moins d'une courte visite, cela serait pour moi une joie», a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer