La Grèce renvoie des premiers migrants en Turquie

Des femmes descendent d'un traversier turc transportant les... (PHOTO OZAN KOSE, AFP)

Agrandir

Des femmes descendent d'un traversier turc transportant les migrants déportés par la Grèce vers la Turquie, alors que le bateau est arrivé au port de Dikili, dans le district d'Izmir, le 4 avril.

PHOTO OZAN KOSE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Will VASSILOPOULOS, Emmanuelle BAILLON
Agence France-Presse
Lesbos et Dikili

Trois bateaux turcs ont ramené lundi matin en Turquie 202 migrants qui avaient irrégulièrement débarqué en Grèce, un «premier test» de la mise en oeuvre de l'accord controversé conclu le 18 mars entre l'UE et Ankara.

Parti de l'île grecque de Lesbos, le catamaran... (Photo Emre Tazegul, Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Parti de l'île grecque de Lesbos, le catamaran Nezli Jale a accosté à Dikili vers 9h20 locales (2h20 HE) avec des dizaines de passagers à bord, pour l'essentiel originaires du Pakistan et du Bangladesh.

Photo Emre Tazegul, Associated Press

Cet accord était particulièrement voulu par l'Allemagne, qui a pourtant accepté depuis l'an dernier une immense partie du plus d'un million de personnes débarquées en UE, surtout par les îles grecques proches de la Turquie.

Censé être un moyen efficace d'endiguer ce flux, il prévoit que tous les migrants arrivés en Grèce depuis le 20 mars seront refoulés s'ils n'ont pas demandé l'asile ou si leur demande a été rejetée. En contrepartie, pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, l'UE accepte d'en accueillir un autre depuis la Turquie, dans la limite de 72 000.

Ainsi, alors que 202 migrants (dont deux Syriens) effectuaient la traversée d'une dizaine de milles seulement depuis les îles grecques de Lesbos et de Chios lundi matin, un groupe de 32 Syriens, trois familles, atterrissait à Hanovre (nord de l'Allemagne).

Ces Syriens devaient être immédiatement acheminés en autocar vers un centre de prise en charge des réfugiés à Friedland, à 140 km environ de Hanovre.

Cette opération bien orchestrée, qui respecte à la lettre la date du 4 avril qu'avait avancée dès la signature de l'accord la chancelière Angela Merkel, s'est déroulée dans le plus grand calme.

Sous bonne garde de la police grecque, et sous le regard des agents de Frontex, l'agence de surveillance des frontières extérieures de l'UE, les migrants renvoyés, presque tous des hommes, ont embarqué à l'aube dans le calme sur les bateaux turcs venus les chercher, deux à Lesbos et un à Chios, l'air souvent mélancolique.

Selon Giorgos Kyritsis, le porte-parole du service grec de coordination de la politique migratoire, ils étaient «136 à Lesbos et 66 à Chios». Il s'agissait de 131 Pakistanais, 42 Afghans, 10 Iraniens, cinq Congolais, quatre Sri-Lankais, trois Bangladais, trois Indiens, deux Syriens, un  Ivoirien et un Somalien.

Ils n'avaient pas demandé l'asile, a précisé M. Kyritsis, y compris les deux Syriens, qui ne l'ont pas fait «pour des raisons personnelles», alors que leur pays est ravagé par la guerre.

En Turquie, ils doivent être enregistrés puis acheminés vers des camps. Le ministre des Affaires européennes Volkan Bozkir a précisé que les Syriens iraient à Osmaniye (sud) dans un camp de réfugiés existant, et les autres migrants à Kirklareli (nord, frontière bulgare), où ils seront «nos invités» avant d'être «renvoyés petit à petit».

Un «jour important»

Au cours d'un entretien téléphonique, la chancelière Angela Merkel, grande inspiratrice de ce plan adopté le 18 mars pour tenter de mettre un frein à l'afflux de migrants en Europe, et son homologue turc, Ahmet Davutoglu, ont estimé que ce lundi marquait un «jour important» et «la mise en application d'une partie centrale» de la stratégie européenne pour juguler l'afflux des migrants, selon le porte-parole du gouvernement allemand.

De son côté, l'ONG allemande Pro Asyl a dénoncé «un acte illégal d'inhumanité» après ces premiers renvois vers la Turquie et exigé que soit mis un terme «à ces expulsions de masse». Des juristes, d'autres ONG, mais aussi des défenseurs des droits de l'homme ont également exprimé des doutes sur la légalité de ces procédures.

Le porte-parole du ministère allemand de l'Intérieur a précisé que des dossiers de réfugiés syriens pouvant être «réinstallés» en Europe étaient transmis par les autorités turques au Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés. L'organisme onusien sélectionne ensuite des «candidats» en fonction notamment de leur vulnérabilité.

«En début de semaine», d'autres pays européens devaient selon lui accueillir des réfugiés syriens, dont les Pays-Bas, la France et la Finlande.

L'Allemagne a accepté depuis l'an dernier la plus grande partie du plus d'un million de personnes arrivées dans l'Union européenne, notamment en provenance de Turquie via les îles grecques.

Un réfugié syrien transporte un enfant dans ses... (PHOTO PETROS GIANNAKOURIS, AP) - image 3.0

Agrandir

Un réfugié syrien transporte un enfant dans ses bras alors qu'il descend d'un navire grec après avoir été secouru en mer d'Égée, le 4 avril. 

PHOTO PETROS GIANNAKOURIS, AP

«Épisode désastreux»

Tant au départ qu'à l'arrivée, quelques personnes étaient venues dénoncer l'accord. Quelques dizaines à Lesbos et Chios, tandis qu'à Dikili en Turquie, deux personnes qui avaient déployé une banderole ont été rapidement expulsées par la police.

L'agence de presse grecque ANA avait annoncé dimanche que 750 migrants seraient renvoyés entre lundi et mercredi.

Mais il semble que de très nombreux migrants concernés par l'accord - ils sont quelque 6000 arrivés depuis le 20 mars, selon un calcul de l'AFP - aient décidé de demander l'asile à la dernière minute, ce qui retarde leur départ éventuel.

M. Kyritsis a convenu que «la date du prochain renvoi n'est pas pour le moment précisée», que «cela dépendra de la planification».

Il a précisé qu'outre des centaines d'agents européens arrivés sur les îles pour procéder aux renvois, «30 experts du droit d'asile et des interprètes des pays membres de l'UE sont arrivés lundi à Athènes». Les premières commissions d'asile seront constituées sur les îles «d'ici le 7 avril», a-t-il ajouté.

Panos Carvounis, chef de la représentation de la Commission européenne en Grèce, a estimé lundi sur la télé publique Ert que l'opération de lundi était «une sorte de test général» qui «prouve que la Grèce et la Turquie réussissent à mettre en oeuvre l'accord» UE-Turquie.

Il a estimé que «la Turquie est un pays sûr» au regard du droit d'asile, et assuré que ceux qui «seraient en danger en Turquie, comme les personnes d'origine kurde, n'y seront pas renvoyées».

À Lesbos, Gauri Vangulik, vice-directrice d'Amnistie internationale pour l'Europe, qualifiait au contraire l'opération de «point de départ de ce qui va vraiment devenir l'un des épisodes les plus désastreux de la politique d'asile européenne».

Pour M. Carvounis, l'UE a envoyé lundi «un signal très fort pour dire aux gens: ne venez pas en Grèce par barque, car vous serez renvoyés».

Mais au même moment, quelque 200 nouveaux migrants parvenaient à rejoindre Lesbos à leur tour depuis les côtes turques, tandis que les garde-côtes turcs interceptaient in extremis une soixantaine d'autres candidats à la traversée, majoritairement afghans, ont constaté des journalistes de l'AFP de part et d'autre de ce bras de mer Égée.

Par ailleurs, près de 50 000 autres migrants et réfugiés arrivés en Grèce avant le 20 mars y sont bloqués depuis la fermeture de la route des Balkans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer