Valls: l'UE ne peut plus accueillir autant de migrants

Des migrants et réfugiés à la frontière entre... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des migrants et réfugiés à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, le 23 novembre.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Paris

L'Union européenne doit dire qu'il n'est «plus possible» pour elle d'accueillir autant de migrants et «trouver des solutions» pour que ceux qui quittent la Syrie soient pris en charge par des pays voisins, a affirmé Manuel Valls lors d'une rencontre avec la presse européenne.

Dans la foulée des lourds attentats de Paris, le premier ministre français a rencontré informellement à Matignon des journalistes de plusieurs médias européens, dont le Süddeutsche Zeitung, qui publient mercredi des extraits de cet échange.

«L'Europe doit dire qu'elle ne peut plus accueillir autant de migrants, ce n'est pas possible», a déclaré M. Valls, selon des propos confirmés par son entourage.

«Le contrôle des frontières extérieures de l'Union européenne est essentiel pour le futur de l'UE. Si nous ne le faisons pas, alors les peuples vont dire: "Ça suffit l'Europe!"», a-t-il ajouté.

La France, lors d'une réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE vendredi à Bruxelles, a présenté un plan, dans la foulée des attentats très meurtriers de Paris, qui défend notamment des contrôles renforcés aux frontières de l'UE et la création d'un registre intraeuropéen des passagers aériens (PNR).

«L'Europe doit trouver des solutions pour que les migrants soient pris en charge dans les pays voisins de la Syrie. Sinon, l'Europe met en question sa capacité de contrôler efficacement ses frontières», a encore jugé M. Valls devant quelques journalistes de la presse européenne.

La Commission européenne a adopté mardi un cadre juridique pour financer une aide de l'UE à la Turquie, visant à freiner le flux migratoire vers l'Europe, mais les discussions entre États européens s'annoncent difficiles pour réunir les 3 milliards d'euros promis, selon des sources européennes.

Au cours de cette rencontre à Matignon, le premier ministre Valls a également souligné que l'Allemagne et l'Italie étaient également menacées par l'organisation État islamique (EI), alors que la France cherche à former une coalition unique, ou du moins une coordination, contre l'EI en Syrie.

Le président français François Hollande reçoit mercredi soir à l'Elysée la chancelière allemande Angela Merkel et jeudi matin le président du Conseil italien Matteo Renzi, avant de s'envoler pour Moscou pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine.

Aboutir à un PNR européen est également une «nécessité» et sa mise en place doit intervenir «rapidement», a encore affirmé M. Valls, selon des propos rapportés par son entourage.

Plusieurs médias européens reproduisent mercredi des propos prêtés à M. Valls. Matignon a toutefois précisé qu'il ne s'agissait pas d'interviews.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer