Rencontre Québec-Ottawa sur les réfugiés syriens

Le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et... (Photo Chris Wattie, Reuters)

Agrandir

Le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum

Photo Chris Wattie, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Alors que le Québec s'apprête à ouvrir ses portes à des milliers de réfugiés syriens, les ministres québécois et fédéraux de l'Immigration et de la Sécurité publique ont tenu une rencontre de travail à Ottawa, jeudi.

Le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a déclaré par voie de communiqué, à l'issue de la réunion, qu'il avait réitéré l'engagement d'Ottawa «à agir rapidement face à la crise en cours».

Son homologue québécoise Kathleen Weil était de la rencontre, tout comme le ministre de la Sécurité publique suppléant du Québec, Pierre Moreau, et l'homologue de ce dernier au fédéral, Ralph Goodale.

Le gouvernement québécois a signalé au cours des derniers jours qu'il était impatient de connaître les détails du plan d'accueil des 25 000 réfugiés syriens que le gouvernement Trudeau s'est engagé à accueillir d'ici la fin de l'année. Le Québec pourrait en recevoir le quart.

La base militaire de Valcartier doit vraisemblablement servir de lieu d'hébergement temporaire pour ces personnes qui fuient la guerre et le terrorisme faisant rage en Syrie.

Un appel d'offres du ministère de la Défense a d'ailleurs été déposé mardi en vue de l'hivernisation de maisons du camp de cadets de la base militaire. Les travaux, qui doivent être réalisés d'ici le 30 décembre, sont évalués à 1,5 million, selon l'appel d'offres en question.

Le ministère de la Défense n'a pas voulu préciser combien de réfugiés syriens pourraient être hébergés à Valcartier, mais a tenu à assurer que les membres des Forces armées canadiennes (FAC) n'avaient aucunement reçu la consigne de décamper pour céder leur logement.

«Certains membres qui se retrouvent sur (la base) de Valcartier temporairement (tel que pour des cours) pourraient être déplacés ailleurs sur la base afin de libérer des espaces contigus pour des réfugiés», a écrit dans un courriel Ashley Lemire, porte-parole au ministère.

Cependant, «aucun résidant permanent de Valcartier (...) ne sera déplacé», a-t-elle ajouté.

Mais chose certaine, les FAC «prévoient actuellement fournir de l'hébergement temporaire dans des bases au Québec et en Ontario en premier lieu», et «d'autres bases et lieux pourraient être utilisés si les planificateurs du gouvernement du Canada en faisaient la demande», a précisé Mme Lemire.

Le gouvernement de Justin Trudeau a promis en campagne électorale d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici le 31 décembre 2015. Le plan du comité spécial interministériel présidé par la ministre de la Santé, Jane Philpott, doit être rendu public au cours des prochains jours, probablement la semaine prochaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer