Accueillir 6000 réfugiés d'ici janvier: «Impossible», dit Québec

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, lors de... (Photo Graham Hughes, PC)

Agrandir

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, lors de la conférence de presse.

Photo Graham Hughes, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sophie Allard
La Presse

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a confirmé ce matin, en conférence de presse, que le Québec compte accueillir près de 6000 migrants syriens, malgré certaines inquiétudes exprimées par la population après les attentats de Paris vendredi. Néanmoins, cet accueil « est impossible d'ici la fin de l'année », alors que le premier ministre canadien Justin Trudeau s'était engagé à accueillir 25 000 réfugiés au Canada d'ici 2016.

« On a parlé de janvier. Mais je vais être franche, je crois que c'est impossible de procéder à cet accueil d'ici la fin de l'année et les gens le savent. Il est important d'envoyer le message que nous prendrons le temps nécessaire, nous sommes déterminés à faire les choses correctement », a déclaré la ministre Weil. « Aucun compromis ne sera fait sur les enjeux de sécurité, le gouvernement fédéral nous a assuré que toutes les dispositions seront prises. »

À quelques jours des attentats de Paris, la ministre Weil a voulu rassurer la population. « Les inquiétudes sont légitimes. Mais il faut connaître le profil des gens que l'on va accueillir, a ajouté la ministre. Ce sont des gens qui fuient la violence, qui fuient les actes de terrorisme comme ceux perpétrés à Paris. Ils sont inquiets et cherchent un havre de paix pour leurs enfants. Ils sont dans un état de vulnérabilité extrême. »

Des pétitions circulent

Rappelons que, samedi matin, une pétition « Non à l'immigration des 25 000 réfugiés » a été lancée par un résidant de Québec. En quelques heures, le nombre de signatures a explosé, se comptant par dizaines de milliers. Ce matin, le total des signatures atteignait 57 000 personnes. Déjà mercredi dernier, avant les attentats sur la Ville Lumière, un vent de xénophobie soufflait sur la capitale québécoise. Une banderole « Réfugiés Non merci! » accrochée sur un viaduc, était bien visible au-dessus de l'autoroute Henri-IV, à Québec.

En réponse à cette pétition, une autre pétition a été lancée depuis peu pour dire «oui» aux réfugiés. Près de 27 000 personnes l'ont signée.

D'ici le 18 décembre, le gouvernement du Québec aura déjà terminé le traitement des dossiers de 2400 réfugiés, dont 650 seront pris en charge par l'État, les autres sont parrainés. Les démarches sont en cours au Bureau canadien des visas à Beyrouth pour organiser leur arrivée peu après. « Nous avons demandé que le gouvernement fédéral accélère le processus administratif, des gens attendent déjà depuis très longtemps. Ça s'est fait. » 

Québec est prêt à collaborer dans l'accueil de réfugiés supplémentaires. Déjà, en septembre, le Québec manifestait sa volonté d'accueillir jusqu'à 3650 réfugiés, « soit le triple de ce qui était prévu au départ ». On souhaite une aide financière de la part du fédéral à cette mesure. Des rencontres auront lieu cette semaine. Déjà, 13 villes ont été ciblées pour l'accueil des nouveaux arrivants.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a de son côté demandé au premier ministre Trudeau de suspendre son plan d'accueil des migrants syriens. «L'initiative ne peut être menée au rythme et selon les contingents prévus», a-t-il publié sur Twitter, en y joignant une lettre transmise au premier ministre Trudeau. Il lui demande de réévaluer son plan et dit craindre qu'un processus d'accueil accéléré se fasse au détriment de la sécurité des Canadiens.

Selon M. Wall, Ottawa ne devrait pas élaborer sa politique d'accueil en se basant sur une date, le 31 décembre, ou un nombre, 25 000 réfugiés, d'une façon qui altérerait la sécurité du pays.

Le plan fédéral sera bientôt dévoilé

La ministre de la Santé, Jane Philpott, assure quant à elle qu'Ottawa traite la question de la sécurité avec «le plus grand sérieux» dans l'élaboration de son plan pour la venue de 25 000 réfugiés syriens, aux lendemains des attentats terroristes de Paris.

Mme Philpott, qui préside le comité spécial sur l'accueil des réfugiés syriens, espère que le gouvernement fédéral sera en mesure de dévoiler les modalités de l'accueil des réfugiés d'ici la fin de la semaine.

Une fois élaboré, le plan devra recevoir l'aval du conseil des ministres de Justin Trudeau.

En point de presse lundi, Mme Philpott a laissé entendre que les attentats de Paris ne changeaient pas la donne quant à la venue des réfugiés.

«Alors que Paris est une situation tragique, nous avons toujours su que des risques étaient impliqués là-dedans», a-t-elle noté à Ottawa. Elle a assuré que ces risques allaient être examinés de façon «responsable».

«Nous prenons les préoccupations quant à la sécurité avec le plus grand sérieux», a signalé la ministre. Elle a répété que tous les réfugiés sélectionnés par le Canada allaient subir un contrôle de sécurité, et que cela serait fait méthodiquement.

«C'est possible, nous avons une équipe incroyable travaillant à la sécurité publique et nous allons nous assurer que c'est fait d'une façon responsable», a-t-elle insisté.

La ministre a indiqué que le gouvernement mettait dans la balance la situation humanitaire très urgente en Syrie et le fait qu'il ne veut pas mettre la santé et la sécurité des Canadiens en danger.

Modalités d'accueil encore inconnues

Le chef libéral Justin Trudeau a promis en campagne électorale d'accueillir 25 000 réfugiés syriens avant le 31 décembre. À un mois et demi de cette date butoir, les modalités pour l'accueil de tous ces migrants restent inconnues. «Beaucoup de travail est abattu en coulisses», a toutefois indiqué Mme Philpott.

Les troupes libérales devaient dévoiler leur plan d'accueil à la sortie de la rencontre du cabinet jeudi dernier, mais le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a dû admettre que cela prendrait encore quelques jours.

M. McCallum a déjà indiqué que 10 000 réfugiés syriens ont été «enregistrés» par Ottawa, alors que depuis janvier dernier, environ 6000 ont été admis grâce à des parrainages privés.

Mais la perspective d'une arrivée en masse de réfugiés syriens en sol canadien ne plaît pas à tous.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer