Migrants: la Hongrie ferme sa frontière avec la Croatie

Dirigés par des policiers hongrois, des migrants continuent... (PHOTO HANNA SONIA, AFP)

Agrandir

Dirigés par des policiers hongrois, des migrants continuent leur chemin vers le nord à travers la campagne, alors qu'ils viennent juste d'entrer en Hongrie via la Croatie, près du village de Zakany, le 16 octobre.

PHOTO HANNA SONIA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Peter MURPHY
Agence France-Presse
ZAKANY

La Hongrie a fermé, comme annoncé, les principaux points de passage des migrants à sa frontière croate, tandis que la Turquie a jeté un froid en qualifiant son «plan d'action» migratoire avec l'UE, annoncé en grande pompe, de simple «projet» au budget «inacceptable».

Trois points de passage sont concernés sur toute la longueur de la frontière entre la Hongrie et la Croatie. Au poste de Zakany, un passage officieux en pleine campagne, les dernières ouvertures dans la clôture de barbelés ont été hermétiquement obstruées un peu avant 1 h dans la nuit de vendredi à samedi après le passage d'un dernier groupe de migrants, selon des journalistes de l'AFP.

Les deux postes-frontières officiels de Beremend et Letenji restent ouverts pour les usagers présentant des papiers en règle, mais empêchent les passages de migrants non munis de visas.

«La "frontière verte" a été fermée, vous pouvez toujours franchir la frontière légalement et demander l'asile», a déclaré Zoltan Kovacs, un porte-parole du gouvernement hongrois joint par l'AFP.

Budapest avait annoncé vendredi après-midi son intention de fermer dans la nuit sa clôture anti-migrants tout juste achevée, comme le pays l'avait fait il y a un mois à sa frontière avec la Serbie.

Quelque 1500 hommes, femmes, enfants, et une personne âgée portée en fauteuil roulant par des proches, ont franchi en silence à Zakany, les pieds dans la boue, le passage vers la Hongrie, pays qu'ils ne feront que traverser pour rallier l'Europe occidentale.

Tous étaient arrivés, moins d'une heure avant la fermeture de la frontière, dans une gare voisine, après un long périple depuis la Turquie à travers les Balkans. La plupart disaient ignorer qu'ils faisaient partie du dernier groupe à franchir cet accès.

Douche froide pour la Commission

Dans la nuit de jeudi à vendredi, à l'issue d'un sommet des dirigeants européens à Bruxelles, la Commission européenne avait fait part de son «optimisme» en annonçant un accord avec Ankara pour endiguer ces flux migratoires.

Mais le ministre turc des Affaires étrangères Feridun Sinirlioglu a douché l'enthousiasme bruxellois. «Ce n'est pas définitif (...) C'est un projet sur lequel nous travaillons», a-t-il déclaré, qualifiant notamment d'«inacceptable» l'aide financière proposée par l'UE.

Face aux exigences de Bruxelles - accueillir davantage de réfugiés, renforcer la surveillance des frontières -, le plan d'action prévoit la relance des discussions sur la candidature de la Turquie à l'UE, un accès facilité aux visas pour les citoyens turcs et une aide financière.

C'est sur ce dernier point que la Turquie a tapé du poing sur la table, précisant avoir besoin d'au moins trois milliards d'euros pour la première année.

Les chefs d'État et de gouvernements s'étaient contentés jeudi d'évoquer «de nouveaux financements, substantiels et concrets», sans fixer de montant.

Ces dernières semaines, l'exécutif européen avait proposé à Ankara un montant d'environ un milliard d'euros, en redirigeant vers l'aide aux réfugiés des fonds déjà envisagés pour la Turquie dans le cadre d'autres partenariats. Mais le chiffre de trois milliards a ensuite été présenté par des sources européennes comme le montant minimal réclamé par Ankara.

Afflux prévisible vers la Slovénie

La Commission est prête à mobiliser une partie de ce montant sur le budget de l'UE, mais son président Jean-Claude Juncker a clairement signifié aux États membres qu'ils allaient devoir mettre la main au portefeuille.

Si l'UE insiste, c'est que la voie maritime entre la Turquie et les îles grecques est devenue l'accès le plus emprunté chaque jour par les migrants cherchant à rejoindre l'UE.

Angela Merkel s'est montrée ouverte vendredi à une concession à la Turquie, qui souhaite être considérée comme un «pays sûr» par les Européens. La chancelière allemande est attendue dimanche à Istanbul pour discuter de la crise migratoire.

Plus de 170 000 migrants sont entrés en Hongrie via la Croatie depuis le 15 septembre, les deux pays coopérant de facto pour assurer le transit quotidien.

La Croatie va rediriger l'afflux prévisible des migrants, après la fermeture de la frontière hongroise, vers la Slovénie, a annoncé le ministre croate de l'Intérieur après des discussions entre les deux pays.

Un migrant afghan a été tué jeudi soir par la police des frontières bulgare, une première depuis le début de la crise qui a vu affluer plus de 600 000 migrants en Europe, selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Le jeune Afghan a été mortellement touché par un tir de sommation dont la balle a «ricoché», selon la police bulgare, qui tentait d'arrêter une cinquantaine de migrants qui venaient de franchir illégalement la frontière turque.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer