Une collision entre un patrouilleur grec et un bateau de migrants fait 7 morts

Une enquête doit déterminer les circonstances exactes de... (PHOTO DIMITAR DILKOFF, AFP)

Agrandir

Une enquête doit déterminer les circonstances exactes de cette collision entre le navire grec de haute mer, de 30 mètres de long, et l'embarcation en bois des migrants, au large de la localité de Molyvos, dans le nord de Lesbos.

PHOTO DIMITAR DILKOFF, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
ATHÈNES

Sept personnes, dont trois enfants et un nourrisson, sont mortes noyées jeudi lors du naufrage de leur embarcation percutée par un patrouilleur de la garde-côtière grecque au large de l'île de Lesbos, selon un nouveau bilan de la police portuaire.

Une personne était toujours portée disparue et des recherches menées pour la retrouver en fin d'après-midi, selon le bureau de presse de ce service.

Selon un précédent bilan publié en début d'après-midi, la police portuaire avait indiqué que les corps d'une femme, deux fillettes et un nourrisson avaient été retrouvés.

En milieu d'après-midi, trois autres corps ont été découverts, «celui d'une femme, d'un homme et d'un mineur», selon la même source.

Les corps de ces nouvelles victimes des traversées entre les côtes turques et grecques ont été retrouvés lors de recherches menées dans la zone par deux patrouilleurs grecs assistés d'un navire portugais et d'un hélicoptère de Frontex, l'Agence européenne de surveillance des frontières.

La disparition de huit personnes dans le naufrage avait été signalée par les 31 rescapés recueillis après la collision par la garde-côtière grecque.

Une enquête doit déterminer les circonstances exactes de cette collision entre le navire grec de haute mer, de 30 mètres de long, et l'embarcation en bois des migrants, au large de la localité de Molyvos, dans le nord de Lesbos.

Selon les premières informations données par la police portuaire, les occupants de la barque auraient tenté de fuir à l'arrivée du patrouilleur.

Selon un photographe de l'AFP qui a saisi le naufrage depuis le rivage, et qui évalue à environ deux kilomètres de la côte l'endroit où s'est déroulé l'accident, l'embarcation des migrants n'a pas mis plus de deux à trois minutes à sombrer.

Les gardes-côtes ont immédiatement tenté de secourir les personnes tombées à l'eau, puis un second bateau de secours est arrivé sur les lieux dans les dix minutes, suivi d'un hélicoptère, selon lui.

Le bilan des noyades en Égée de migrants tentant de rallier la Grèce au départ de la Turquie ne cesse de s'alourdir, avec des enfants et femmes comme principales victimes.

Mercredi déjà, une femme, un nourrisson et une fillette s'étaient noyés au large de Lesbos, après un garçonnet d'un an, mort dans la nuit de jeudi à vendredi dans la même zone.

Plus de 606 000 migrants ont franchi la Méditerranée depuis janvier, selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), dont plus de 466 000 pour aborder en Grèce. Plus de 3000 personnes ont péri pendant la traversée, dont près de 300 en mer Égée.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer