Ban appelle à «ne pas construire de murs» ni «exploiter la peur»

Des soldats hongrois érigent une clôture à la... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des soldats hongrois érigent une clôture à la frontière avec la Croatie.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
New York

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a mis en garde mercredi contre la tentation de «construire des murs» et «d'exploiter la peur» dans la crise migratoire en Europe.

«L'avenir n'appartient pas à ceux qui cherchent à construire des murs et exploiter la peur», a-t-il affirmé à l'ouverture d'une réunion sur ce thème à l'ONU, où le premier ministre hongrois Viktor Orban devait défendre une ligne dure anti-migrants.

Face à «la plus grave crise de migration et de réfugiés depuis le Seconde Guerre mondiale», Ban Ki-moon a appelé les représentants de quelque 70 pays à «progresser avec créativité, compassion et courage».

«Les conflits ne vont pas s'apaiser du jour au lendemain, davantage encore de gens vont fuir les crises et se déplacer à la recherche d'une vie meilleure, nous devons être mieux préparés», a-t-il affirmé.

Il a défini pour cela une série de principes parmi lesquels: «sauver des vies», ne pas refouler les réfugiés, «répartir équitablement l'effort» - l'Europe reste divisée sur ce point -, «éradiquer les réseaux de trafiquants et de passeurs sans merci».

La mort de Aylan Kurdi, enfant syrien de trois ans qui s'est noyé en tentant de traverser la Méditerranée pour gagner l'Europe, et dont la photo a fait le tour du monde, «doit nous inciter à aller de l'avant et à voir les bénéfices à long terme de l'intégration des réfugiés et des migrants», a-t-il ajouté.

Qualifiant la migration de «défi mondial», il a aussi demandé aux dirigeants mondiaux «d'anticiper les difficultés à venir, dont le sort de ceux qui seront forcés de fuir des régions progressivement dévastées par les changements climatiques».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer