La Hongrie met les migrants en garde dans la presse libanaise

«Les Hongrois sont hospitaliers, mais les mesures les... (PHOTO ANWAR AMRO, AFP)

Agrandir

«Les Hongrois sont hospitaliers, mais les mesures les plus sévères possible sont prises contre ceux qui tentent d'entrer en Hongrie illégalement», prévient le texte de la publicité publiée lundi en langue arabe et anglaise par trois quotidiens locaux.

PHOTO ANWAR AMRO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

La Hongrie a acheté des espaces publicitaires dans des journaux au Liban pour avertir les candidats à l'émigration qu'ils risquaient la prison s'ils tentaient d'entrer illégalement sur son territoire.

«Les Hongrois sont hospitaliers, mais les mesures les plus sévères possible sont prises contre ceux qui tentent d'entrer en Hongrie illégalement», prévient le texte de la publicité publiée lundi en langue arabe et anglaise par trois quotidiens locaux.

«Traverser illégalement la frontière du pays est un crime passible de prison», ajoute le message signé du gouvernement hongrois.

«N'écoutez pas les trafiquants d'êtres humains. La Hongrie ne permettra pas aux immigrants illégaux de traverser sa frontière», conclut-il.

La Hongrie suit ainsi l'exemple du Danemark qui, le 7 septembre, avait également publié des encarts pour avertir les candidats à l'émigration qu'il avait durci les conditions d'installation sur son territoire.

La Hongrie, partisane d'une ligne dure contre les migrants et pays de transit en Europe centrale avec plus de 200 000 passages depuis janvier, s'est barricadée derrière des barbelés, poussant les migrants à chercher d'autres voies d'entrée dans l'UE, notamment par la Croatie.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer