Un milliardaire égyptien négocie l'achat de deux îles pour les réfugiés

Naguib Sawiris... (Photo d'archives, AP)

Agrandir

Naguib Sawiris

Photo d'archives, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
LE CAIRE

Le milliardaire égyptien Naguib Sawiris a annoncé lundi qu'il était en négociation pour l'achat de deux îles en Grèce pour y installer des milliers de réfugiés fuyant la Syrie et d'autres zones de conflit.

Le richissime homme d'affaires avait proposé début septembre à la Grèce et à l'Italie de leur acheter une de leurs îles avec l'objectif d'y accueillir des migrants. «Je leur fournirai des emplois grâce à la construction de leur "nouveau pays"», avait-il indiqué sur son compte Twitter.

Depuis le début de l'année, plus de 430 000 personnes, notamment des Syriens, fuyant la pauvreté ou les conflits dans leur pays d'origine ont traversé la Méditerranée dans l'espoir de rejoindre l'Europe. Près de 2800 ont péri ou disparu, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

«J'ai identifié deux îles en Grèce (...) et je suis actuellement en contact avec leurs propriétaires. Nous sommes prêts à négocier avec ces derniers à condition que le gouvernement grec donne son accord pour accueillir le plus grand nombre de réfugiés possible», a déclaré M. Sawiris lundi dans un communiqué sur Twitter.

«Nous attendons le feu vert de la Grèce pour lancer les démarches administratives en vue de l'arrivée des réfugiés», a-t-il ajouté.

M. Sawiris a dit qu'il se réunirait avec des représentants du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés pour discuter des moyens de coopération possibles.

Selon lui, une île porterait le nom d'Aylan, en référence au petit garçon syrien noyé en mer et dont le corps gisant sur une plage de sable en Turquie avait ému le monde entier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer