Québec offre 5000 lits pour des réfugiés en Allemagne

Des réfugiés attendent d'en savoir plus sur leur... (Photo Kai Pfaffenbach, Reuters)

Agrandir

Des réfugiés attendent d'en savoir plus sur leur sort en Allemagne.

Photo Kai Pfaffenbach, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne

Après avoir annoncé diverses mesures pour aider les réfugiés du Moyen-Orient, le gouvernement du Québec a annoncé dimanche qu'il avait remis 5000 lits et couvertures à la Croix-Rouge, qui seront envoyés immédiatement en Allemagne.

La ministre de la Sécurité publique Lise Thériault en a fait l'annonce dimanche midi, à Montréal, avec le directeur général de la division du Québec de la Croix-Rouge, Michel Léveillé, qui lui en avait fait la demande vendredi soir.

Mme Thériault a précisé que la cellule de crise interministérielle, mise en place la semaine dernière par le gouvernement, avait rapidement évalué la situation pour procéder à l'annonce moins de deux jours plus tard.

Le ministère avait conservé ces lits et ces couvertures depuis la crise du verglas de 1998. Il s'agit d'un don d'une valeur d'environ un million $.

Selon Michel Léveillé, environ 6000 demandeurs d'asile arrivent en Allemagne chaque jour. C'est la Croix-Rouge allemande, l'une des plus importantes au monde, qui s'occupera de «la logistique» des ressources sur le terrain, a-t-il ajouté.

L'Allemagne a été choisie parmi les autres pays qui accueillent les réfugiés en raison de son «volume d'accueil» et de la progression de la situation dans les prochains jours, a soutenu M. Léveillé.

La crise des réfugiés a fait les manchettes dans les dernières semaines, particulièrement depuis la publication de la photo du petit Alan Kurdi, trois ans, qui a été retrouvé mort, noyé sur une plage de la Turquie.

M. Léveillé a d'ailleurs souligné que dans les derniers jours, la Croix-Rouge avait récolté environ 1,8 million $ en dons. «Dans ce court laps de temps-là, c'est un soutien important», a-t-il ajouté.

Le gouvernement du Québec, dans la foulée de la crise des réfugiés en Europe, a annoncé il y a quelques jours qu'il verserait une aide supplémentaire de 100 000 $ aux organismes qui viennent en aide aux demandeurs d'asile.

Il a également affirmé qu'il souhaitait faire tripler le nombre de réfugiés accueillis dans la province pour en recevoir 3650 en tout cette année. Mme Thériault a confirmé que la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, avait communiqué avec son homologue fédéral, Chris Alexander, pour lui demander d'accélérer le processus.

Mme Thériault s'est dite «confiante» de recevoir l'autorisation pour accueillir ces nouveaux arrivants -, et ce, même si une campagne électorale est en cours à Ottawa.

«Il ne faut pas oublier qu'il y a des fonctionnaires qui travaillent dans les deux ministères. Les gens de la Croix-Rouge sont sur le terrain et travaillent quand même. Ça ne doit pas ralentir le travail que les fonctionnaires ont le devoir de faire», a-t-elle expliqué.

La ministre de la Sécurité publique a par ailleurs assuré que le gouvernement québécois ne ferait pas de compromis sur les vérifications de sécurité des réfugiés accueillis dans la province.

En anglais, Mme Thériault a expliqué qu'il était possible de faire le «meilleur» contrôle plus rapidement, notamment en affectant plus d'employés à la tâche.

Le gouvernement du Canada a annoncé la veille qu'il égalerait le montant des dons que feront les Canadiens à des organismes «admissibles» comme l'UNICEF et la Croix-Rouge, jusqu'à concurrence de 100 millions $.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer