Réfugiés: Québec exhorte Ottawa à saisir sa main tendue

La ministre québécoise de l'Immigration a signalé qu'Ottawa était... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre québécoise de l'Immigration a signalé qu'Ottawa était en train d'analyser les stratégies que Québec lui avait transmises et a exhorté le gouvernement fédéral à saisir «la main tendue» par la province.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Kathleen Weil et Chris Alexander ne se sont toujours pas parlé de vive voix au sujet de la demande que Québec a formulée à Ottawa pour l'accélération de l'arrivée de réfugiés syriens.

Le bureau de la ministre québécoise de l'Immigration avait indiqué mardi à La Presse Canadienne que Mme Weil et son homologue fédéral devaient se parler ce jour-là.

Québec espère accueillir 3650 réfugiés syriens, mais se butte à Ottawa, qui doit donner son aval dans la sélection de ceux qui fuient leur pays, déchiré depuis des années par la guerre civile.

Mercredi, Mme Weil a indiqué que les deux ministères étaient en discussion, mais que M. Alexander et elle n'avaient pas personnellement discuté du sujet, contrairement à ce qui était prévu.

Elle a signalé qu'Ottawa était en train d'analyser les stratégies que Québec lui avait transmises et a exhorté le gouvernement fédéral à saisir «la main tendue» par la province.

Le bureau du ministre Alexander n'a pas répondu à la demande d'entrevue placée par La Presse Canadienne.

En campagne à Welland, en Ontario, le premier ministre sortant Stephen Harper a une fois de plus servi l'argument de la sécurité en insistant sur l'importance de filtrer ces réfugiés issus d'une «zone de guerre terroriste». Son adversaire libéral Justin Trudeau l'a accusé de simplement chercher des excuses pour rester les bras croisés devant le drame des réfugiés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer