La police danoise empêche des réfugiés de marcher vers la frontière suédoise

Des migrants arrivant d'Allemagne par ferry et par... (Photo Per Rasmussen, AP)

Agrandir

Des migrants arrivant d'Allemagne par ferry et par train, dimanche soir, cheminent au sud du pays dans l'objectif de rejoindre la Suède, qui offre un permis de séjour permanent à tous les demandeurs d'asile syriens.

Photo Per Rasmussen, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
COPENHAGUE

La police danoise a fermé lundi soir une autoroute pour des raisons de sécurité, empêchant du même coup des dizaines de réfugiés, dont des femmes et des enfants, de passer la frontière avec la Suède où les conditions d'accueil des demandeurs d'asile sont plus généreuses.

«Nous faisons cela pour la sécurité des gens qui marchent le long de l'autoroute», a expliqué la police locale dans un communiqué après avoir fermé un tronçon de 29 kilomètres au début de cette autoroute de 160 kilomètres reliant le port de Rodby dans le sud du Danemark à Copenhague.

Arrivés dimanche à Rodby, principal point de passage par ferry entre l'Allemagne et la Scandinavie, quelque 300 réfugiés espéraient gagner la Suède en franchissant en train le pont reliant Copenhague à Malmö, interdit aux piétons.

Mais des échauffourées avec la police ont éclaté lorsque nombre d'entre eux ont refusé de se soumettre à un relevé d'empreintes, craignant de n'être pas ensuite autorisés à quitter le territoire danois.

Une partie des réfugiés s'est finalement résignée mais lundi matin, jusqu'à 150 personnes se sont mises en route en direction de la Suède, marchant sous escorte policière au milieu de l'autoroute.

Une centaine de Danois s'étaient rassemblés dans la journée sur un pont au-dessus de cette autoroute pour distribuer de la nourritures et des couches pour bébé aux marcheurs qui n'avaient effectué que quelques kilomètres.

Quelques heures plus tard, la plupart des marcheurs ont accepté d'être conduits dans des postes de police pour y être enregistrés comme l'exigent les règles de l'Union européenne.

Laila Saied, une ingénieure syrienne, a expliqué à la chaîne de télévision TV2 qu'elle, son mari et leurs deux enfants avaient traversé l'Europe dans l'espoir d'atteindre la Suède.

«J'ai dormi dans la rue, j'ai franchi la mer avec mes enfants», a-t-elle confié.

Le Premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, a réévalué dans la journée à 800 - contre 400 auparavant - le nombre des nouvelles arrivées de réfugiés au Danemark ces dernières 24 heures,. Aucun ne sera autorisé à poursuivre son périple vers la Suède, a-t-il prévenu au cours d'une conférence de presse.

«Nous ne pouvons ignorer nos obligations et les envoyer en Suède sans son accord, parce qu'alors nous ferions comme beaucoup d'autres pays responsables du fait que le système d'asile européen se retrouve sous une énorme pression», a déclaré le chef du gouvernement danois.

Alors que le Danemark a considérablement durci sa politique d'immigration, M. Rasmussen a ajouté avoir promis à la chancelière Angela Merkel d'accepter d'urgence 100 réfugiés en provenance d'Allemagne «étant donné la situation très particulière dans laquelle se trouvent l'Allemagne et l'Europe».

La Suède, quant à elle, offre un permis de séjour permanent à tous les demandeurs d'asile syriens, contrairement au Danemark qui n'accorde que des permis provisoires, retarde les regroupements familiaux et abaisse le montant des allocations accordées aux nouveaux arrivants, dans l'espoir de réduire le flux des migrants vers son territoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer