Israël érige un «mur» pour ne pas être «submergé» de migrants

Israël a déjà achevé d'ériger en 2013 une... (Photo Baz Ratner, archives Reuters)

Agrandir

Israël a déjà achevé d'ériger en 2013 une clôture électronique de 240 km (photo) le long de sa frontière avec l'Égypte.

Photo Baz Ratner, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
Jérusalem

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a prévenu dimanche que son pays ne se laisserait pas «submerger» par des réfugiés syriens et africains et annoncé le lancement de la construction d'une clôture à la frontière avec la Jordanie.

«Nous ne laisserons pas Israël être submergé par une vague de migrants illégaux et d'activistes terroristes», a affirmé M. Nétanyahou lors du conseil hebdomadaire des ministres, au lendemain d'un appel du chef de l'opposition, Isaac Herzog, à accueillir des Syriens fuyant la guerre civile.

«Israël n'est pas indifférent à la tragédie humaine des réfugies syriens et africains (...), mais Israël est un petit État, très petit qui ne dispose pas d'une profondeur démographique et géographique, c'est pourquoi nous devons contrôler nos frontières», a-t-il ajouté, selon un communiqué de son bureau.

Pour y parvenir, le premier ministre a annoncé qu'Israël «commence aujourd'hui à construire une clôture à la frontière avec la Jordanie», le quatrième «mur» érigé par l'État hébreu.

Israël a déjà achevé d'ériger en 2013 une clôture électronique de 240 km le long de sa frontière avec l'Égypte. Cet ouvrage a réduit quasiment à zéro le nombre de migrants africains entrant illégalement en Israël. Plus de 50 000 d'entre eux venus essentiellement d'Érythrée et du Soudan avaient auparavant réussi à passer en Israël par le Sinaï égyptien.

«Nous n'attendrons pas, nous allons autant que possible entourer les frontières d'Israël avec une clôture de sécurité sophistiquée qui permettra de contrôler nos frontières», a ajouté le premier ministre.

Il a également précisé qu'Israël allait renforcer la clôture sur le plateau du Golan. Israël occupe depuis 1967 quelque 1200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés en 1981, tandis qu'environ 510 km2 restent sous contrôle syrien, une annexion jugée illégale par la communauté internationale.

Le premier tronçon de la clôture face à la Jordanie va être érigé dans le secteur d'Eilat, station balnéaire sur la mer Rouge où Israël va construire un nouvel aéroport, a précisé M. Nétanyahou.

M. Herzog avait appelé samedi l'État hébreu à accueillir des réfugiés de Syrie, en invoquant la mémoire de la fuite des juifs au cours des conflits passés.

Officiellement, Israël et la Syrie sont toujours en état de guerre et l'État hébreu interdit par la loi à ses ressortissants de se rendre en Syrie. Depuis le début du conflit en Syrie il y a quatre ans, plus de quatre millions de réfugiés ont fui vers les pays voisins comme la Jordanie, le Liban et la Turquie, mais aucun n'a tenté de rejoindre Israël.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer