Le petit Aylan inhumé à Kobané

Abdallah Shenu (au premier plan), père du petit... (IMAGE AP)

Agrandir

Abdallah Shenu (au premier plan), père du petit Aylan, 3 ans, «est encore en état de choc», selon un journaliste local. Lors de l'éloge funèbre, il a dit qu'il était le «seul responsable de ce qui s'est passé» et qu'il ne blâmait personne, a ajouté le journaliste.

IMAGE AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
KOBANÉ

Le petit garçon syrien noyé et retrouvé sur une plage turque a été enterré vendredi avec son frère et sa mère dans une atmosphère de grande émotion dans leur ville de Kobané, dans le nord de la Syrie, a affirmé à l'AFP un témoin.

«L'enterrement a eu lieu en présence de centaines de personnes. Tout le monde était triste et en pleurs», a déclaré à l'AFP un témoin Mustefa Ebdi, un journaliste originaire de la ville, située à la frontière syro-turque.

Abdallah Shenu, père du petit Aylan, «est encore en état de choc», selon ce témoin. Lors de l'éloge funèbre, il a dit qu'il était le «seul responsable de ce qui s'est passé» et qu'il ne blâmait personne, a ajouté le journaliste.

Les cercueils des trois membres de la famille... (PHOTO AFP/STRINGER) - image 2.0

Agrandir

Les cercueils des trois membres de la famille Kurdi ayant perdu la vie lors de leur périple visant à les mener en Europe sont photographiés lors de l'enterrement à Kobané, le 4 septembre. 

PHOTO AFP/STRINGER

Les trois victimes ont été enterrées dans le mausolée consacré aux «martyrs de Kobané».

Le père a, à cette occasion, souligné que son fils était «parmi les nombreux morts» du conflit en Syrie et appelé à «trouver une solution à la tragédie» dans ce pays, selon M. Ebdi.

«À quoi me sert la solidarité du monde? J'ai perdu ce que j'ai de plus cher», a-t-il encore dit selon ses propos rapportés par le journaliste.

Les corps de ses proches avaient été acheminés plus tôt depuis Istanbul vers le sud-est de la Turquie, frontalière de la Syrie, puis à Kobané.

«Je n'ai plus rien à attendre de ce monde en tant que père qui a perdu ses enfants. La seule chose que je voudrais, c'est que le drame et les souffrances vécus en Syrie prennent fin», avait dit le père jeudi soir, cité par l'agence de presse turque Dogan.

Il a ajouté espérer que le monde prenne ainsi conscience du sort des migrants, après ce drame qui a ému le monde entier.



Élan de solidarité

Le corps du petit garçon a été découvert mercredi sur une plage de la station balnéaire de Bodrum, en Turquie. Non loin de ceux de son frère Ghaleb, 4 ans, et de leur mère Rihana, morts noyés avec neuf autres réfugiés syriens qui tentaient de rallier l'île grecque de Kos, porte d'entrée vers l'Union européenne, comme des milliers d'autres avant eux.

Le père d'Aylan a raconté comment sa famille avait péri dans le naufrage de leur embarcation en pleine nuit.

«Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants m'ont glissé des mains», a-t-il raconté à l'agence Dogan.

La famille n'a cessé de fuir les combats en Syrie au cours des quatre dernières années, selon M. Ebdi.

Originaire de Kobané, elle habitait à Damas lorsque le pays s'est enfoncé dans les violences en 2011.

«Ils ont quitté Damas en 2012 pour Alep» (nord), «et lorsque des combats s'y sont déclarés, ils sont partis à Kobané», a indiqué M. Ebdi. Mais la ville kurde a été prise pour cible par les djihadistes de l'État islamique (EI), qui ont tenté en vain de la conquérir à l'automne 2014, se heurtant à une forte résistance des Kurdes.

La famille a alors déménagé en Turquie, selon le journaliste. Puis, lorsque le siège de Kobané par l'EI a pris fin en janvier, elle est retournée dans cette ville, espérant que le calme était revenu.

Mais, en juin, les djihadistes ont lancé une nouvelle offensive. La famille a alors pris le risque de rejoindre l'Europe, via la Turquie, comme des milliers d'autres Syriens.

L'image du corps sans vie du petit Aylan a provoqué un immense élan de solidarité envers les migrants, sans précédent en Europe se traduisant par des donations record, des fonds d'urgence et une mobilisation populaire.

La soeur d'Abdullah Kurdi, qui vit en Colombie-Britannique, a expliqué jeudi que la famille désirait venir au Canada. M.Kurdi n'avait pas encore fait de demande officielle. Une demande avait été transmise pour un autre parent, l'oncle du garçon, mais avait été rejetée par les autorités canadiennes.

-Avec Associated Press

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer