L'ouragan Joaquin menace la côte Est

Après avoir déversé jusqu'à 50 cm de pluie sur... (IMAGE AFP/NASA)

Agrandir

Après avoir déversé jusqu'à 50 cm de pluie sur certaines îles des Bahamas, Joaquin devrait ensuite remonter vers le nord, où il pourrait se renforcer et devenir un ouragan de catégorie 3 sur l'échelle Saffir-Simpson, qui compte cinq niveaux.

IMAGE AFP/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

(New York) Après être devenue hier soir un ouragan de catégorie 2 près des Bahamas, avec des vents de 165 km/h, la tempête Joaquin devrait se rapprocher de la côte Est des États-Unis au cours des prochains jours. Y sèmera-t-elle la destruction? Le point, en quatre questions, sur ce à quoi les Américains doivent s'attendre.

Que sait-on de la trajectoire que Joaquin empruntera dans les prochains jours?

L'ouragan devait passer hier soir et aujourd'hui à proximité ou sur des parties centrales des Bahamas, selon le Centre des ouragans américain, à Miami. Après avoir déversé jusqu'à 50 cm de pluie sur certaines îles, Joaquin devrait ensuite remonter vers le nord, où il pourrait se renforcer et devenir un ouragan de catégorie 3 sur l'échelle Saffir-Simpson, qui compte cinq niveaux.

Mais les experts ne s'entendent pas sur la suite.

«Certaines trajectoires indiquent que Joaquin touchera le littoral en Caroline-du-Nord, d'autres, qu'il se perdra dans la mer», a indiqué à La Presse Gary Szatkowski, météorologue au Service météorologique national (NWS) des États-Unis. «Ce que nous disent les modèles informatiques varie énormément. L'incertitude est beaucoup plus grande que la normale», a ajouté l'expert, en évoquant un système atmosphérique «plus chaotique que d'habitude».

Si Joaquin ne se perd pas dans la mer, il pourrait toucher le littoral au cours du week-end, selon certains modèles informatiques.

Comment réagissent les communautés le long de la côte Est à l'approche de Joaquin?

À New York, au New Jersey et au Connecticut, trois États durement frappés en octobre 2012 par Sandy, les responsables gouvernementaux ont averti hier leurs citoyens de se préparer à la possibilité d'une autre supertempête.

«Notre État a vu à de nombreuses reprises les dommages que peuvent causer les événements météorologiques extrêmes. Préparez-vous à de fortes pluies au cours des prochains jours», a déclaré le gouverneur de New York Andrew Cuomo.

Cet avertissement vaut pour tous ceux qui vivent le long de la côte Est, selon Gary Szatkowski, du NWS.

«Nous recommandons aux gens de suivre la trajectoire de la tempête fréquemment mise à jour par le Centre national des ouragans, dit-il. Nous leur disons d'observer les prévisions et d'avoir un plan. Chaque famille, chaque entreprise située le long de la côte Est devrait être prête à faire face à un ouragan.»

Certains médias sont-ils trop alarmistes en évoquant la possibilité d'un autre Sandy?

On peut certes toujours compter sur les météorologues de la télévision pour faire monter leurs auditoires en dramatisant tous les phénomènes météorologiques qui sortent de l'ordinaire. Mais cette approche est à la fois compréhensible et utile dans le cas d'une supertempête ou d'un ouragan, selon Gary Szatkowski.

«Comparer la supertempête qui s'en vient à la dernière qui nous a frappés fait partie de la nature humaine, dit-il. Quand Sandy s'est approchée de nos côtes, les gens ont parlé d'Irene, qui avait frappé New York l'année d'avant. C'est normal.»

Et c'est utile pour sensibiliser les gens au besoin de se préparer.

«Chaque ouragan est dangereux, dit le météorologue du NWS. Il n'y a pas d'ouragan bénin. Si Joaquin touche la côte, l'impact pourrait être semblable ou pire que Sandy pour certains aspects ou moindre pour d'autres aspects. Tout dépend de l'endroit où il touche la côte et avec quelle force.»

Et si Joaquin se perd dans la mer?

Quelle que soit sa trajectoire finale, Joaquin devrait déverser de fortes pluies sur la côte Est au cours des prochains jours. Le New Jersey s'attend notamment à recevoir plus de 20 cm de pluie d'ici le 7 octobre et à des inondations. Le même scénario pourrait se répéter dans plusieurs autres États côtiers, dont la Virginie, où la pluie a déjà provoqué des inondations et un glissement de terrain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer