Plus de peur que de mal en République dominicaine

Une femme profite des vents forts d'Irma pour... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Une femme profite des vents forts d'Irma pour faire quelques pas de danse au bord de l'océan, à Puerto Plata.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de peur que de mal en République dominicaine, où, après le passage de l'ouragan Irma, les autorités gouvernementales assurent que l'infrastructure hôtelière et l'aéroport de la populaire région de Punta Cana n'ont pas été endommagés et peuvent continuer à recevoir des touristes.

Les médias locaux parlent tout de même de vents forts et d'inondations dans plusieurs régions. À Puerto Plata, une autre destination prisée des touristes, témoins et officiels font état de plusieurs dommages. Le Centre des opérations d'urgence du pays rapporte sur Twitter plusieurs pannes d'électricité.

«Il y a des arbres partout et les toits de tôle sont partis. Il y a des panneaux sur le bord de la route et des fils électriques qui ont été arrachés. Il n'y a pas d'électricité. Il y a quand même beaucoup de dommages. Ça a brassé pas mal», raconte le Québécois François Baulne, propriétaire du restaurant Le Petit François et résidant de Puerto Plata.

Après avoir passé la journée barricadé dans sa maison en compagnie de sa famille, le Gatinois d'origine est allé constater l'état de son restaurant, situé directement au bord de la mer. Il s'attendait au pire, même s'il avait barricadé les fenêtres et attaché le toit pour l'empêcher de s'envoler. «Finalement, on a été vraiment chanceux! Les arbres sont tombés à côté. Les fenêtres et le toit ont tenu. Nos bâtiments sont sauvés, a-t-il confié à La Presse. Il y a du nettoyage à faire, mais je m'attendais à bien pire.»

Sophie Charrette, une inhalothérapeute de Lanaudière, est à l'hôtel Riu Republica de Punta Cana. Voici ce qu'elle a vu durant le plus fort de la tempête : «C'est le déluge. Pluie diluvienne et forts vents. Il y a des vagues gigantesques. L'eau a tellement monté qu'on ne voit plus la plage. Des palmiers ont été arrachés.»

Quelques heures plus tard, son bilan était plutôt rassurant. «Il pleut toujours. Il y a de l'eau dans les chambres du rez-de-chaussée. Sinon c'est OK.»

Hébergée dans un autre hôtel, Brigitte Simard ne fait état d'aucun dommage. «La pluie est arrêtée et le vent commence à se calmer. Aucun dégât matériel, juste des branches de cocotiers cassées, mais à l'heure qu'il est les jardiniers ont déjà tout nettoyé. »

Les autorités ont placé 24 des 32 provinces du pays en état «d'alerte rouge»,  en prévision d'Irma.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer