Corée du Nord: pas de traces de tortures sur l'étudiant américain décédé

Le jeune homme de 22 ans, avait été... (PHOTO ARCHIVES REUTERS/AGENCE KCNA)

Agrandir

Le jeune homme de 22 ans, avait été condamné à 15 ans de travaux forcés lors d'une visite touristique en Corée du Nord.

PHOTO ARCHIVES REUTERS/AGENCE KCNA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CHICAGO

L'étudiant américain Otto Warmbier, décédé en juin 2017 une semaine après son rapatriement de Corée du Nord dans le coma, ne présentait pas de signes évidents de torture, a indiqué mercredi une médecin légiste de l'Ohio.

Otto Warmbier a été transféré aux États-Unis inconscient... (PHOTO ARCHIVES REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Otto Warmbier a été transféré aux États-Unis inconscient en juin dernier. Il est mort quelques jours plus tard.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Ces conclusions sont publiées au lendemain d'accusations de tortures lancées par le président Donald Trump et les parents d'Otto Warmbier contre Pyongyang. Le président américain a ainsi accusé la Corée du Nord d'avoir «torturé au-delà de l'imaginable».

Le jeune homme de 22 ans, condamné à 15 ans de travaux forcés lors d'une visite touristique en Corée du Nord, a subi des «lésions au cerveau causées par le manque d'oxygène», selon Lakshmi Sammarco, la médecin légiste, qui n'a pas pu déterminer l'origine de ces lésions.

Les parents d'Otto Warmbier ont accusé mardi Pyongyang d'avoir «torturé et intentionnellement blessé» leur fils, qui présentait selon eux des signes de torture, y compris des dents qui semblaient avoir été «réarrangées» et des mains et des pieds déformés.

«Ils ont kidnappé Otto, ils l'ont torturé (...) Ce sont des terroristes», s'était exclamé Fred Warmbier, son père, sur la chaîne Fox News.

«Superbe interview sur Fox & Friends des parents d'Otto Warmbier: 1994-2017. Otto a été torturé au-delà de l'imaginable par la Corée du Nord», avait ensuite renchéri Donald Trump sur Twitter. Aucun responsable américain n'avait jusqu'ici accusé publiquement la Corée du Nord d'avoir torturé le jeune étudiant, arrêté à Pyongyang en janvier 2016.

Mais l'autopsie du corps d'Otto Warmbier menée par Lakshmi Sammarco, n'a pas révélé selon elle de preuve claire de torture physique, ni d'os ou de dents endommagées récemment.

«En fin de compte, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé», a-t-elle déclaré. «Nous ne saurons jamais, à moins que les personnes qui étaient là-bas disent: «C'est ce qui est arrivé à Otto»».

Le corps d'Otto Warmbier ne présentait que quelques cicatrices, toutes attribuables à des instruments médicaux, sauf une, a-t-elle précisé, ajoutant que les interventions télévisées de la famille Warmbier l'avaient incitée à révéler publiquement ses résultats.

«Ce sont des parents en deuil. Je ne peux pas vraiment faire des commentaires sur leurs perceptions», a-t-elle ajouté.

Condamné en 2016 par la justice nord-coréenne à 15 ans de travaux forcés pour le vol d'une affiche de propagande lors d'un voyage touristique, Otto Warmbier souffrait à son retour aux États-Unis, dans le coma, de graves lésions cérébrales qui résultent d'ordinaire d'un arrêt cardio-respiratoire, selon ses médecins. Les origines de son coma restent mystérieuses




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer