Corée du Nord: la paix «possible», selon un général américain

Le général Dunford, présent en Corée du Sud... (REUTERS)

Agrandir

Le général Dunford, présent en Corée du Sud en début de semaine, a rencontré jeudi le président chinois Xi Jinping et arrivera au Japon dans la soirée pour discuter du dossier nord-coréen.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

Le plus haut gradé de l'armée américaine a déclaré jeudi à Pékin que des «options militaires crédibles et réalisables» sont prêtes face à la Corée du Nord mais a souligné la «possibilité» d'une résolution pacifique de la crise.

Joe Dunford, général et chef d'état-major inter-armées des États-Unis, actuellement en visite en Chine, s'exprimait lors d'une rencontre avec des journalistes dans la capitale chinoise.

«Ce qui est inimaginable, c'est de permettre (au leader nord-coréen Kim Jong-Un) d'élaborer des missiles balistiques équipés d'une charge nucléaire qui puissent menacer les États-Unis et continuer de menacer la région», a-t-il souligné.

Les États-Unis et la Corée du Nord se livrent à de violents échanges verbaux depuis que Pyongyang a testé en juillet deux missiles balistiques intercontinentaux mettant à sa portée une bonne partie du territoire américain. Le président Donald Trump avait promis de déchaîner sur le Nord «le feu et la colère».

Pyongyang a menacé la semaine dernière de tirer des missiles à proximité de l'île américaine de Guam, dans le Pacifique, mais semble avoir désormais momentanément mis son projet sur pause.

Le général Joe Dunford a reconnu jeudi qu'une solution militaire serait «horrible».

«Il reste un long chemin à parcourir, mais nous sommes sur une voie où il y a une possibilité -- et j'espère une probabilité -- que nous puissions résoudre cela de façon pacifique.»

L'option militaire ne sera utilisée que si les pressions diplomatiques et économiques ne permettent pas de créer les conditions selon lui nécessaires à un dialogue politique.

Sur ce point, la Chine, accusée par les États-Unis de ne pas faire assez pour influencer Pyongyang, a cependant commencé mardi à suspendre ses importations de fer, de plomb, de minerais de ces deux métaux et de produits de la mer nord-coréens, en application d'une résolution du conseil de sécurité de l'ONU votée début août.

La Chine est la principale alliée diplomatique de la Corée du Nord et représente 90% de son commerce extérieur.

«Ce que j'ai entendu depuis mon arrivée à Pékin est positif en termes d'engagement chinois à mettre en place ces sanctions», a assuré jeudi Joe Dunford, qui avait cependant appelé Pékin la veille à augmenter la pression sur Pyongyang.

Le général Dunford, présent en Corée du Sud en début de semaine, a rencontré jeudi le président chinois Xi Jinping et arrivera au Japon dans la soirée pour discuter du dossier nord-coréen.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer