La Chine furieuse après une «provocation» des États-Unis en mer

Le USS Stethem s'est approché à moins de... (Photo AFP)

Agrandir

Le USS Stethem s'est approché à moins de 12 milles nautiques de l'île Triton (appelée «Zhongjian» par Pékin) dans l'archipel des Paracels, contestant de facto la souveraineté chinoise sur ce territoire également revendiqué par le Vietnam. L'île est administrée par la Chine depuis plusieurs décennies.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurent THOMET, Laurent BARTHELEMY
Agence France-Presse
PÉKIN, Washington

Le président chinois Xi Jinping a reproché lundi à son homologue américain Donald Trump l'apparition de «facteurs négatifs» assombrissant les relations entre les deux pays, après plusieurs initiatives de Washington et un dernier incident en mer de Chine.

MM. Xi et Trump se sont parlé au téléphone quelques heures après le dernier incident en date: le passage d'un navire de guerre des États-Unis près d'une île contrôlée par Pékin en mer de Chine méridionale. Le ministère chinois des Affaires étrangères a aussitôt dénoncé «une grave provocation politique et militaire».

Le USS Stethem s'est approché à moins de 12 milles nautiques de l'île Triton (appelée «Zhongjian» par Pékin) dans l'archipel des Paracels, contestant de facto la souveraineté chinoise sur ce territoire également revendiqué par le Vietnam. L'île est administrée par la Chine depuis plusieurs décennies.

En réaction, l'armée chinoise a dépêché trois bateaux et deux avions de chasse pour exiger du navire qu'il «évacue» la zone, a indiqué dans un communiqué Wu Qian, un porte-parole du ministère chinois de la Défense.

Il a fustigé une «action illégale» qui va «gravement porter atteinte à la confiance stratégique mutuelle».

Il s'agit de la deuxième opération de l'US Navy visant à contrer les revendications de Pékin dans cette mer stratégique depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump.

La Chine y dispute la souveraineté d'îlots et récifs à d'autres pays, notamment le Vietnam et les Philippines, chacun contrôlant plusieurs îles.

«Facteurs négatifs»

«La partie chinoise appelle avec force la partie américaine à cesser immédiatement ce genre d'opérations provocatrices qui violent la souveraineté et menacent la sécurité de la Chine», a martelé lundi le porte-parole de la diplomatie chinoise Lu Kang.

Le geste de Washington, juste avant la conversation téléphonique Trump-Xi --qui était prévue-- semble confirmer le raidissement des relations bilatérales, détricotant le rapprochement opéré depuis avril et le sommet de Mar-a-Lago en Floride entre les deux hommes.

Washington avait donné jeudi son feu vert à la vente de 1,1 milliard d'euros d'armes à Taïwan, une île de facto indépendante que la Chine considère comme une de ses provinces et n'a pas renoncé à reconquérir.

Les États-Unis avaient également annoncé la semaine dernière des sanctions contre une banque chinoise accusée de blanchiment d'argent nord-coréen.

Ils se sont également inquiétés du respect des libertés à Hong Kong, 20 ans après la rétrocession de l'ex-colonie britannique à la Chine. Et ils ont placé la semaine dernière le géant asiatique sur leur liste noire du trafic d'êtres humains.

Lors de sa conversation lundi avec Donald Trump, Xi Jinping a déploré que la relation bilatérale était désormais assombrie par des «facteurs négatifs», selon un communiqué de la diplomatie chinoise. Il a également appelé son homologue américain à «gérer de façon appropriée» la question taïwanaise.

Xi-Trump au G20

Le président chinois a cependant vanté «d'importants résultats» obtenus dans les relations bilatérales depuis le sommet d'avril et confirmé qu'une rencontre avec M. Trump était prévue lors du sommet du G20 organisé cette semaine à Hambourg (Allemagne).

Quelques heures après la manoeuvre américaine en mer de Chine méridionale, M. Trump s'est entretenu lundi séparément avec le président chinois et le premier ministre japonais Shinzo Abe -- deux appels téléphoniques dont l'organisation était déjà prévue.

«Le président Trump a évoqué la menace croissante posée par le programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord» lors de son appel avec M. Xi, a précisé la Maison-Blanche.

Le président américain, qui avait violemment critiqué la Chine durant sa campagne électorale, a aussi «réitéré sa détermination à obtenir des relations commerciales plus équilibrées avec les partenaires commerciaux des États-Unis», selon la même source.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang a déclaré lundi que les deux pays étaient néanmoins «déterminés à promouvoir leurs relations».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer