Frontière Pakistan-Afghanistan: Google Maps pour trancher?

Des membres de la police frontalière afghane surveillent... (PHOTO JAVED TANVEER, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des membres de la police frontalière afghane surveillent une bataille entre les forces afghanes et pakistanaises se déroulant près de la ligne Durand, le 5 mai.

PHOTO JAVED TANVEER, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KANDAHAR

Le Pakistan et l'Afghanistan envisagent d'avoir recours à Google Maps pour résoudre un différend frontalier à l'origine d'affrontements meurtriers la semaine dernière, ont indiqué des responsables des deux pays lundi.

Au moins huit civils ont été tués des deux côtés de la frontière lors d'échanges de tirs qui ont débuté vendredi quand une équipe chargée de recenser la population pakistanaise dans cette zone, s'est rendue, sous garde militaire, dans des villages contestés.

Kaboul ne reconnaît pas la ligne Durand, sa frontière avec le Pakistan longue de 2400 kilomètres tracée par les Britanniques en 1896.

Le Pakistan a lancé en mars son premier recensement depuis près de 20 ans, une tâche titanesque pour un pays considéré comme le sixième plus peuplé du monde.

On ignorait dans l'immédiat si l'équipe de recensement pakistanaise s'était effectivement aventurée de l'autre côté de la frontière contestée en territoire afghan, comme l'a affirmé Kaboul.

Selon un responsable des services de sécurité pakistanais s'exprimant sous couvert d'anonymat, « des responsables de la Commission géologique des deux pays vont mener une étude, dans laquelle ils utiliseront aussi Google Maps ».

Interrogées de leur côté, les autorités afghanes se sont montrées moins affirmatives. Un porte-parole du gouvernement afghan a démenti l'existence d'un accord pour une telle étude.

« Les équipes techniques des deux pays utiliseront le GPS, Google Maps et d'autres moyens pour » déterminer quelle partie des villages concernés était dans quel pays, a cependant déclaré le chef de la police de Kandahar, le général Abdul Raziq.

Les tentatives lancées depuis 2016 par le Pakistan pour renforcer par des tranchées et des barrières la frontière longtemps poreuse avec son voisin afghan à l'ouest, ont été accueillies avec hostilité par Kaboul.

Les populations pachtounes locales n'accordaient traditionnellement que peu d'importance à cette frontière, d'autant que nombre de villages sont construits à cheval sur cette ligne, avec parfois des bâtiments ayant une porte au Pakistan et l'autre en Afghanistan.

L'armée pakistanaise a haussé le ton dimanche, assurant avoir tué « plus de 50 soldats » afghans lors des heurts frontaliers la semaine passée - un bilan rapidement démenti par Kaboul, qui a fait état de deux soldats tués.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer