Les É.-U. appellent les pays d'Asie du Sud-Est à revoir leurs liens avec Pyongyang

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson sert la... (PHOTO Yuri Gripas, REUTERS)

Agrandir

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson sert la main des leaders de l'ASEAN lors de leur visite jeudi à Washington.

PHOTO Yuri Gripas, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a appelé jeudi ses homologues d'Asie du Sud-Est à adopter les mesures diplomatiques nécessaires afin d'isoler la Corée du Nord.

Le chef de la diplomatie américaine a rencontré les ministres des Affaires étrangères et de hauts responsables de la diplomatie des dix pays membres de l'Association des pays d'Asie du Sud-Est (ASEAN) à Washington.

À cette occasion, le responsable de la région pour le département d'État, Patrick Murphy, a déclaré devant les journalistes que les missions diplomatiques de la Corée du Nord à l'étranger comptaient parfois un nombre particulièrement élevé d'émissaires.

Ces ambassades, a-t-il suggéré, pourraient en fait permettre à Pyongyang d'échapper illégalement aux sanctions visant la Corée du Nord en réponse à ses programmes balistique et nucléaire, ainsi que pour d'autres «actes néfastes». Il a alors cité en exemple l'assassinat dans un aéroport de Malaisie de Kim Jong-Nam, demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

«Des pays sont donc tombés d'accord et dans certains cas, ont limité la taille, ou réduit la taille de la présence diplomatique nord-coréenne dans leurs pays», a affirmé Patrick Murphy.

«Certains pays passent en revue la présence d'employés nord-coréens, qui, encore une fois, représentent une autre source de revenus pour la Corée du Nord, et observent si elle est justifiée ou non», a-t-il poursuivi.

Tout en soulignant qu'il relevait du droit souverain de chacun des pays de l'Asean de décider de leurs liens avec la Corée du Nord, le porte-parole du département d'État a expliqué que Rex Tillerson les avait appelés à revoir leurs relations diplomatiques avec Pyongyang.

«Je pense vraiment que certains pays sont en train d'étudier leur présence en Corée du Nord et d'évaluer si elle est opportune ou non», a-t-il affirmé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer