Le porte-avions chinois dans le détroit de Taïwan

Les experts estiment que le Liaoning (photo), un... (AFP)

Agrandir

Les experts estiment que le Liaoning (photo), un porte-avions d'occasion de construction soviétique, ne pose aucune réelle menace pour l'île et qu'il s'agit surtout pour Pékin d'une démonstration de force symbolique.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TAIPEI

Le seul porte-avions que possède la Chine naviguait mercredi matin dans le détroit de Taïwan, a annoncé le ministère taïwanais de la Défense au moment où les tensions redoublent entre Pékin et Taipei.

Le Liaoning n'a pas pénétré dans les eaux taïwanaises mais à l'intérieur de sa zone de défense aérienne, selon le ministère taïwanais.

Les médias de l'île affirment que l'armée taïwanaise a dépêché des F-16 mardi soir pour surveiller la progression du seul groupe aéronaval chinois, ce que n'a pas confirmé le ministère de la Défense.

«L'armée suit toute la situation et agira si besoin. Nous appelons les Taïwanais au calme», a déclaré le ministère dans un communiqué.

Cette navigation dans le détroit de Taïwan intervient peu après le passage aux États-Unis de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, en dépit des protestations de Pékin.

Mme Tsai a rencontré dimanche le sénateur américain Ted Cruz à Houston, où elle a transité avant de se rendre en Amérique centrale. Sur son trajet retour, elle doit s'arrêter à San Francisco les 13 et 14 janvier.

La Chine avait demandé en décembre aux États-Unis d'interdire à la présidente taïwanaise de transiter par son territoire.

La Chine n'a jamais renoncé à la possibilité de recourir à la force pour rétablir sa souveraineté sur l'île, séparée politiquement du Continent depuis 1949.

Ces démonstrations de force résonnent au moment où Pékin s'alarme de l'arrivée à la Maison-Blanche le 20 janvier de Donald Trump, qui n'a pas été avare de piques à son endroit depuis son élection début novembre.

Début décembre, le bouillonnant milliardaire avait rompu avec quatre décennies de politique américaine en prenant un appel téléphonique de la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, alors que la Chine interdit tout contact officiel entre ses partenaires étrangers et des dirigeants de Taïwan, île qu'elle considère comme une de ses provinces.

En décembre, le Liaoning avait réalisé ses premières manoeuvres dans le Pacifique, passant au sud de Taïwan.

Mercredi, il est entré à 7h00 (18h00 mardi, heure de Montréal) dans zone d'identification de défense aérienne (ADIZ) de Taïwan, selon le ministère taïwanais de la Défense.

«Il navigue à l'ouest de la ligne médiane du détroit et fait route au nord», a-t-il dit dans un communiqué.

Les experts estiment que le Liaoning, un porte-avions d'occasion de construction soviétique, ne pose aucune réelle menace pour l'île et qu'il s'agit surtout pour Pékin d'une démonstration de force symbolique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer