Au moins 41 morts en Sibérie après avoir bu des huiles de bain

L'alcool artisanal et les produits ménagers contenant de... (photo Agence France-Presse)

Agrandir

L'alcool artisanal et les produits ménagers contenant de l'alcool sont utilisés dans l'ex-URSS comme une alternative moins onéreuse que les alcools traditionnels, et sont responsables chaque année de nombreux décès.

photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

Au moins 41 personnes sont mortes à Irkoutsk, en Sibérie, après avoir bu des huiles de bain parfumées contenant un alcool toxique, ont annoncé lundi les autorités russes, le Kremlin qualifiant l'affaire de « tragédie effrayante ».

Cette vague d'empoisonnements illustre le phénomène inquiétant des alcools artisanaux et des produits ménagers contenant de l'alcool, utilisés dans l'ex-URSS comme alternative moins onéreuse aux alcools traditionnels. Ils sont responsables chaque année de milliers de décès.

Au total, 54 personnes se sont présentées à l'hôpital ces trois derniers jours après avoir bu un liquide présenté comme une huile de bain parfumée à l'aubépine, selon les enquêteurs.

Le procureur régional, Stanislav Zoubovski, a indiqué aux agences russes que 57 personnes avaient ingéré cette huile de bain et que 41 d'entre elles étaient décédées.

« Ce nombre va augmenter », a-t-il averti, alors que l'enquête se poursuit pour répertorier tous les endroits où le liquide était vendu, à 40 roubles (environ 85 cents) la bouteille de 25 ml.

Le maire d'Irkoutsk, Dmitri Berdnikov, a décrété l'état d'urgence dans cette ville de 600 000 habitants, promettant de « trouver et de châtier les responsables », selon le site internet de la municipalité.

La police a découvert l'atelier de fabrication à Irkoutsk et arrêté ses deux propriétaires, ainsi que cinq personnes accusées d'avoir vendu le produit.

Des perquisitions menées dans les magasins où sont vendues ces huiles de bain ont en outre permis la confiscation de plus de 500 litres du liquide, ont indiqué les enquêteurs.

Selon les autorités, l'huile incriminée indique clairement sur l'étiquette être impropre à la consommation, car elle contient du méthanol, une substance toxique utilisée comme antigel, mais reste pourtant parfois « consommée comme de l'alcool » en raison de son faible prix.

« C'est une tragédie effrayante. (...) Elle exige la plus grande attention et que des mesures soient prises », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ajoutant que le président Vladimir Poutine avait été informé de l'affaire.

Le premier ministre Dmitri Medvedev a de son côté ordonné à son gouvernement de « régler » cette affaire, estimant que la vente de tels liquides via des distributeurs automatiques, une pratique répandue, était une « honte absolue ».

Les eaux de Cologne bas de gamme et les lotions contenant de l'alcool sont vendues sans les restrictions qui s'appliquent aux spiritueux, et sont parfois consommées par les Russes les plus pauvres.

Les autorités russes se sont inquiétées en 2015 de l'explosion des ventes d'alcool au marché noir, y compris frelatée, conséquence des hausses des prix des boissons décrétées pour lutter contre l'alcoolisme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer