Azerbaïdjan: un kamikaze abattu à l'entrée d'un centre commercial

Un homme sur le point de perpétrer une attaque terroriste dans le plus grand... (PHOTO Luca Bruno, ARCHIVES AP)

Agrandir

PHOTO Luca Bruno, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BAKOU

Un homme sur le point de perpétrer une attaque terroriste dans le plus grand centre commercial de Bakou a été abattu samedi par les forces de l'ordre azerbaïdjanaises, ont annoncé les autorités locales.

L'homme, identifié par la police comme Jami Emin, 38 ans, «a été tué à l'extérieur du centre commercial Bima à Bakou alors qu'il essayait de déclencher une ceinture explosive au moment où des policiers tentaient de l'arrêter», a déclaré dans un communiqué l'Agence de sécurité nationale.

«Les services de sécurité ont reçu des informations sur le fait qu'il était en train d'organiser des actes terroristes en Azerbaïdjan», a-t-elle précisé.

Jami Emin était déjà connu des services de sécurité pour avoir purgé une peine de neuf ans de prison, après avoir été reconnu coupable d'avoir «participé à un complot terroriste en 2007», selon ce communiqué.

En 2007, les services de sécurité de ce petit pays du Caucase du sud avaient annoncé l'arrestation de vingt personnes appartenant à un «groupe armé affilié à Al-Qaïda», parmi lesquelles Jami Emin.

Le groupe préparait des attentats contre notamment les ambassades des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

Fin octobre, les services de sécurité ont tué lors d'une opération de police deux hommes suspectés de vouloir organiser des «attaques terroristes».

En février, l'Azerbaïdjan a aussi arrêté huit hommes accusés d'avoir combattu pour l'organisation État islamique (EI) en Syrie et en Irak.

En novembre 2015, une opération des forces de l'ordre a fait une dizaine de morts, dont deux policiers à Nardaran, ville située au nord de Bakou.

Dirigé d'une main de fer par Ilham Aliev, l'Azerbaïdjan est l'un des pays les plus laïcs du monde musulman, mais les autorités sont de plus en plus inquiètes face à la montée de l'islam radical.

Des critiques du régime affirment toutefois que les autorités utilisent le spectre de l'extrémisme pour persécuter des opposants politiques.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer