Hong Kong: un ex-banquier britannique coupable de deux meurtres

L'ancien courtier Rurik Jutting, qui travaillait pour la... (photo Vincent Yu, archives AP)

Agrandir

L'ancien courtier Rurik Jutting, qui travaillait pour la Bank of America Merrill Lynch, avait plaidé non coupable du chef de meurtres, reconnaissant simplement deux homicides involontaires pour cause de responsabilité diminuée.

photo Vincent Yu, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
HONG KONG

Le banquier britannique Rurik Jutting a été reconnu coupable mardi du double meurtre de deux jeunes Indonésiennes dans son appartement haut de gamme de Hong Kong, présentant ses excuses aux familles de ses victimes.

L'ancien courtier de 31 ans, qui travaillait pour la Bank of America Merrill Lynch, avait plaidé non coupable du chef de meurtres, reconnaissant simplement deux homicides involontaires pour cause de responsabilité diminuée.

Sumarti Ningsih, 23 ans, et Seneng Mujiasih, 26 ans, avaient été retrouvées mortes le 1er novembre 2014 dans l'appartement du diplômé de Cambridge, dans un immeuble résidentiel de Wanchai.

Après dix jours de procès, les jurés l'ont reconnu coupable à l'unanimité du meurtre des deux jeunes femmes.

Dans une lettre lue devant la Haute cour par son avocat Tim Owen après le verdict, l'ancien courtier demande pardon : « mes agissements concernant la mort de Ningsih et Mujiasih, mes agissements précédant leur mort, étaient atroces même au regard des normes de procès d'assises ».

Il s'est dit « hanté » par ses actes et « conscient de la douleur exacerbée que j'ai infligée à leurs êtres aimés ».

« Je suis désolé, je suis désolé au-delà des mots ».

Selon l'accusation, Sumarti Ningsih a été torturée pendant trois jours avant d'être tuée dans la douche avec un couteau-scie.

Pendant le procès, les jurés avaient vu des images insoutenables des tortures tournées par l'accusé sur son téléphone intelligent.

Son corps avait été découvert dans une valise sur le balcon de Jutting par la police, qui venait de trouver dans le salon Mme Mujiasih égorgée.

Le banquier avait proposé à ses deux victimes des relations sexuelles tarifiées à son domicile.

La défense avait plaidé des troubles narcissiques et sadiques de la personnalité, doublés d'une dépendance prononcée à la cocaïne et l'alcool, pour tenter d'expliquer ses crimes.

À Hong Kong, le meurtre est passible de la réclusion criminelle à perpétuité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer