Après Obama, le président philippin insulte le patron de l'ONU

Plus tôt cette semaine, Rodrigo Duterte a qualifié Barack... (PHOTO Dita Alangkara, AP)

Agrandir

Plus tôt cette semaine, Rodrigo Duterte a qualifié Barack Obama de «fils de pute».

PHOTO Dita Alangkara, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JAKARTA

Le président philippin Rodrigo Duterte a réaffirmé vendredi qu'il n'avait pas voulu insulter son homologue américain Barack Obama, mais s'en est aussitôt pris à une autre personnalité internationale, qualifiant le patron de l'ONU Ban Ki-moon d'«imbécile».

Le président philippin, connu pour ses tirades grossières, a provoqué un scandale cette semaine à la veille d'un sommet des pays de l'Asie du Sud-Est, en qualifiant Barack Obama de «fils de pute».

Le dirigeant américain avait en conséquence annulé un rendez-vous prévu mardi avec l'avocat de 71 ans avant de le rencontrer brièvement le lendemain.

Rodrigo Duterte a déclaré devant la communauté philippine de Jakarta, où il était en visite, que l'expression philippine «putangina» ne devait pas être prise au pied de la lettre, que c'était une «expression ordinaire utilisée par tout le monde».

Ces remarques ne visaient pas M. Obama, a-t-il assuré, mais le département d'État, qui s'était dit préoccupé quant à la situation des droits de l'Homme dans l'archipel du fait de la brutale campagne antidrogue lancée depuis le début de l'été par son président. Environ 3000 personnes ont été tuées par la police et des justiciers civils.

«Je me suis mis vraiment en colère au sujet de ces menaces sur la question des droits de l'Homme. C'est la faute des dingues au département d'État», a-t-il dit, ajoutant qu'il s'était expliqué auprès de M. Obama lors de leur rencontre.

Les Nations unies ont aussi fait part de leur inquiétude face à la situation aux Philippines et Rodrigo Duterte a ajouté Ban Ki-moon à la liste des personnes qu'il a insultées.

«Je me suis dit, tu n'es qu'un imbécile de plus», a-t-il dit du secrétaire général de l'ONU. «Je vais poursuivre ma campagne contre les criminels. Je n'ai aucune pitié pour eux».

«Je n'en ai rien à foutre. Je suis le président des Philippines, pas de la république de la communauté internationale», a-t-il ajouté.

Rodrigo Duterte est arrivé au pouvoir fin juin après une victoire électorale écrasante conclue sur une campagne sécuritaire outrancière.

Durant la campagne, il avait également qualifié le pape François de «fils de pute» pour avoir provoqué des embouteillages lors d'une visite dans cet archipel essentiellement catholique.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer