Mer de Chine: Pékin et Moscou vont mener des exercices navals

L'initiative sino-russe intervient dans un contexte de tensions... (Photo Archives AP)

Agrandir

L'initiative sino-russe intervient dans un contexte de tensions diplomatiques croissantes, les États-Unis envoyant régulièrement leurs navires de guerre croiser dans cette mer stratégique pour y défendre la «liberté de navigation» selon eux menacée par Pékin.

Photo Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

La Chine et la Russie vont mener des exercices navals conjoints en mer de Chine méridionale en septembre, a annoncé jeudi le ministère chinois de la Défense, après qu'une cour internationale d'arbitrage eut invalidé les prétentions territoriales de Pékin dans la région.

Les manoeuvres auront lieu «dans les eaux et l'espace aérien concernés de la mer de Chine méridionale», a déclaré le porte-parole du ministère Yang Yujun lors d'une conférence de presse mensuelle, ajoutant qu'il s'agit d'exercices de «routine» ne «visant aucune tierce partie».

L'initiative sino-russe intervient dans un contexte de tensions diplomatiques croissantes, les États-Unis envoyant régulièrement leurs navires de guerre croiser dans cette mer stratégique pour y défendre la «liberté de navigation» selon eux menacée par Pékin.

Les manoeuvres annoncées jeudi devraient entraîner en septembre la présence simultanée dans la même zone de navires des marines chinoise, russe et américaine, soit trois des plus puissantes du monde.

L'annonce survient deux semaines après une sentence de la cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye jugeant que les prétentions de Pékin en mer de Chine méridionale n'avaient «aucun fondement juridique».

Pékin revendique la quasi-totalité de cette mer, soit 2,6 millions de kilomètres carrés sur un total de plus de trois millions, et se fonde pour cela sur une délimitation en «neuf traits» apparue sur des cartes chinoises des années 1940.

Une position qui irrite les pays riverains ayant des revendications rivales, notamment les Philippines et le Vietnam.

Pour appuyer ses prétentions territoriales, Pékin a construit ces dernières années en mer de Chine méridionale des îles artificielles géantes capables d'abriter des infrastructures militaires et des pistes d'atterrissage.

La décision de la CPA a provoqué la fureur de Pékin et alimenté les tensions avec Washington, qui a envoyé ces derniers mois des navires de guerre à proximité d'îlots contrôlés par la Chine, au nom de la «liberté de navigation».

Mais la Chine a qualifié la sentence de la cour de «morceau de papier bon à jeter au rebut», martelant qu'elle n'en tiendrait nullement compte.

Pékin a également menacé d'instaurer une «zone d'identification de la défense aérienne» (Adiz), qui verrait les avions civils contraints de s'identifier auprès des autorités militaires chinoises.

La Chine et la Russie entretiennent d'étroits liens militaire et diplomatique, affichant souvent leur opposition à l'Occident - notamment aux États-Unis - et leurs dirigeants Xi Jinping et Vladimir Poutine sont proches.

Les deux pays organisent fréquemment des manoeuvres militaires conjointes.

En août dernier, ils ont mené des exercices dans les eaux et l'espace aérien du golfe de Pierre-le-Grand, au sud de la ville russe de Vladivostok, avec 22 navires et plus de 20 avions.

En mai 2015, la Chine et la Russie avaient organisé leurs premières manoeuvres navales conjointes dans les eaux européennes, en mer Noire et en Méditerranée.

MM. Xi et Poutine se rencontrent fréquemment et leurs pays, tout deux membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, prennent souvent des positions similaires sur des dossiers controversés comme la guerre en Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer