Thaïlande: le «temple aux tigres» perd ses tigres

Le Wat Pha Luang Ta Bua, dans la... (PHOTO Sakchai Lalit, ARCHIVES AP)

Agrandir

Le Wat Pha Luang Ta Bua, dans la province de Kanchanaburi, dit «temple aux tigres», avait beaucoup de succès auprès des touristes, ravis de se faire photographier en train d'enlacer les félins. Le temple était accusé depuis longtemps d'être devenu une attraction touristique plutôt qu'un lieu de spiritualité.

PHOTO Sakchai Lalit, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KANCHANABURI, Thaïlande

Après des années de controverse, les moines du «temple aux tigres», visité chaque année par de nombreux touristes dans l'ouest de la Thaïlande, ont dû accepter lundi de laisser partir les félins qui faisaient leur fortune.

Les premiers tigres ont été évacués par camion... (PHOTO Chaiwat Subprasom, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Les premiers tigres ont été évacués par camion en fin de journée par des hommes du département des Parcs nationaux, selon un photographe de l'AFP sur place.

PHOTO Chaiwat Subprasom, REUTERS

Les premiers tigres ont été évacués par camion en fin de journée par des hommes du département des Parcs nationaux, selon un photographe de l'AFP sur place.

L'évacuation des dizaines de tigres devrait prendre plusieurs jours, leur destination finale restant à définir.

«Des responsables ont été autorisés à entrer dans l'enceinte du temple, après que le tribunal de Kanchanaburi a autorisé la fouille», s'est félicité le département des Parcs nationaux de Thaïlande.

Le Wat Pha Luang Ta Bua, dans la province de Kanchanaburi, dit «temple aux tigres», avait beaucoup de succès auprès des touristes, ravis de se faire photographier en train d'enlacer les félins. Le temple était accusé depuis longtemps d'être devenu une attraction touristique plutôt qu'un lieu de spiritualité.

Le temple a toujours rejeté jusqu'ici les accusations de mauvais traitement et de trafic d'animaux. Ses responsables expliquaient notamment que l'atonie des tigres, permettant les égoportraits des touristes, n'était pas obtenue par des drogues, mais par le dressage.

Les autorités avaient déjà tenté en avril 2015 de saisir les tigres, le temple ne possédant pas les documents nécessaires selon elles, mais les moines s'y étaient opposés.

Cette fois-ci, la décision a été prise après des discussions entre les deux parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer