Pub raciste en Chine: les médias étrangers jugés «trop susceptibles»

La publicité a provoqué un tollé sur les... (IMAGE TIRÉE DE LA PUBLICITÉ DE QUIAOBI)

Agrandir

La publicité a provoqué un tollé sur les sites d'information américains en ligne, pour qui la vidéo est une illustration des discriminations subies par les personnes noires en Chine.

IMAGE TIRÉE DE LA PUBLICITÉ DE QUIAOBI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Après la controverse suscitée par une vidéo publicitaire chinoise raciste montrant un comédien noir poussé dans une machine à laver avant d'en ressortir en jeune Asiatique, l'entreprise à l'origine de la pub se défendait samedi, jugeant les «médias étrangers» «trop susceptibles».

«Nous ne voulions rien faire d'autre que promouvoir notre produit. Les médias étrangers sont peut-être trop susceptibles», a déclaré M. Wang, un porte-parole du groupe de cosmétique Shanghai Leishang, cité par le quotidien officiel Global Times.

Cette publicité pour la marque de lessive Qiaobi, largement diffusée sur internet ces derniers jours, mettait en scène un musculeux homme noir au tee-shirt souillé de peinture, à qui une jeune Chinoise faisait ingurgiter du détergent avant de le glisser tête la première dans une machine à laver.

Quelques instants plus tard, un Asiatique au teint pâle sort alors de la machine vêtu d'un tee-shirt blanc immaculé, devant la femme émerveillée.



La publicité, devenue virale, a provoqué un tollé sur les sites d'information américains en ligne, mettant en exergue les préjugés persistants et discriminations dont font l'objet les personnes noires en Chine.

Leishang, qui commercialise le détergent vanté, n'avait pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

La publicité avait été tournée début 2016, mais une version raccourcie «avait été effectivement utilisée, où le (comédien) noir n'apparaissait pas. Nous ne comprenons pas comment la version complète s'est soudain retrouvée sur internet», a assuré le porte-parole M. Wang, toujours cité par le Global Times.

Le clip n'a pas soulevé une vague d'indignation similaire en Chine, même si, à la suite du retentissement international de l'affaire, quelques internautes faisaient part de «leur embarras» sur la populaire plateforme de microblogs Weibo.

La préférence traditionnelle en Chine pour les hommes et filles à la peau blanche, qui constitue un critère de beauté traditionnel, ainsi que le manque de diversité ethnique dans les médias, contribuent à un certain rejet des personnes noires.

Et ce alors même que l'essor des échanges commerciaux avec l'Afrique a entraîné une nette croissance de la population expatriée d'origine africaine en Chine, notamment à Canton (sud).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer