Le premier ministre australien cité dans les Panama Papers

Le premier ministre australien Malcolm Turnbull... (PHOTO MARK GRAHAM, AFP)

Agrandir

Le premier ministre australien Malcolm Turnbull

PHOTO MARK GRAHAM, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SYDNEY

Le nom du premier ministre australien Malcolm Turnbull est cité dans les «Panama Papers», comme ancien directeur d'une société offshore, une révélation qui surgit en pleine campagne électorale.

L'Australian Financial Review a fait cette révélation jeudi, quelques jours après la mise en ligne d'environ 200 000 documents des Panama Papers sur le site du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).

L'ancien banquier multimillionnaire fut le directeur pendant deux ans au début des années 1990 de Star Technology Service Limited, enregistrée aux Îles vierges britanniques par le cabinet panaméen Mossack Fonseca.

Recourir à l'offshore n'est pas illégal en soi et le premier ministre a démenti tout comportement inapproprié.

«Puis-je simplement vous dire que, ainsi que le reconnaît l'article, il n'y a eu absolument aucune irrégularité», a-t-il dit à la presse à Melbourne, où il était en campagne en vue de législatives anticipées du 2 juillet qui s'annoncent serrées.

«Il n'y a rien de neuf. La société en question était une filiale d'une société cotée en Australie», a-t-il ajouté.

D'après l'Australian Financial Review, M. Turnbull ainsi que l'ancien Premier ministre de Nouvelle-Galles-du-Sud Neville Wran étaient entrés au conseil d'administration de la société en octobre 1993, en vue de développer une mine d'or sibérienne appelée Sukhoi Log.

Les deux hommes avaient démissionné en 1995 et la compagnie avait fait faillite en 1998.

Interrogé par les journalistes pour savoir si la société avait jamais payé d'impôts en Australie, M. Turnbull a répondu qu'elle l'aurait fait si elle avait fait des bénéfices.

«Si elle avait réalisé un bénéfice, ce que malheureusement elle n'a pas fait, elle aurait sans aucun doute payé des impôts en Australie», a-t-il dit.

Ces révélations n'incriminent pas le premier ministre, mais augmentent la pression qui pèse sur lui alors que les sondages annoncent une lutte serrée entre le gouvernement conservateur sortant et l'opposition travailliste emmenée par Bill Shorten pour les élections législatives de juillet.

Les «Panama Papers» ont alimenté une cascade de révélations sur l'évasion fiscale. Ils ont provoqué l'ouverture de nombreuses enquêtes dans le monde et conduit le premier ministre islandais et un ministre espagnol à la démission.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer