Pakistan: le fils kidnappé d'un gouverneur tué retrouve sa famille après 5 ans

Shahbaz Taseer... (PHOTO ARIF ALI, AFP)

Agrandir

Shahbaz Taseer

PHOTO ARIF ALI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LAHORE, Pakistan

Retrouvé cinq ans après son enlèvement, le fils d'un gouverneur pakistanais réformiste lui-même tué par un islamiste a rejoint sa famille mercredi dans la ville de Lahore.

«Je ne sais plus mon mot de passe Facebook - mais c'est bon d'être rentré les gars», a écrit Shahbaz Taseer sur la page Facebook de son épouse Maheen.

Il a retrouvé ses proches neuf jours après l'exécution de l'assassin de son père. Ce dernier, le gouverneur du Pendjab Salman Taseer, avait été tué parce qu'il était favorable à une réforme de la loi sur le blasphème.

«Nous sommes très, très heureux, c'est le début d'une nouvelle vie pour nous», a déclaré à l'AFP par téléphone sa soeur Sanam Taseer.

En août 2011, quelques mois après l'assassinat de Salman Taseer, son fils Shahbaz, aujourd'hui trentenaire, avait été enlevé par des islamistes armés à Lahore. Ce kidnapping faisait suite à des menaces contre sa famille pour qu'elle retire sa plainte contre l'assassin, Mumtaz Qadri.

Ce dernier est considéré comme un héros dans certains milieux islamistes conservateurs, qui défendent bec et ongle la loi réprimant le blasphème, un sujet extrêmement sensible au Pakistan. Sa pendaison le 29 février a été dénoncée par quelque 100 000 personnes lors de son enterrement.

Les circonstances de la libération M. Taseer restent obscures.

Mardi, les autorités ont annoncé avoir mené un assaut contre un complexe du district de Kuchlak, dans la province instable du Baloutchistan, et y avoir retrouvé M. Taseer seul. La date de ces évènements n'a pas été précisée.

Une version contredite par deux frères gérant un restaurant de la localité.

Selon eux, Shahbaz Taseer, barbu et cheveux longs, est arrivé à pied dans son établissement mardi soir. Agité, il a réclamé un téléphone, qu'un des frères a indiqué à l'AFP lui avoir refusé en raison de son apparence peu engageante. «Apparemment, il a emprunté un téléphone et envoyé un message», puis «il est allé dehors et semblait attendre quelqu'un». Une dizaine de membres des forces de sécurité sont arrivés et l'ont emporté dans un 4X4, selon la même source.

Pendant sa captivité, Shahbaz Taseer a été transféré d'un groupe à l'autre et d'un lieu à l'autre dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan selon plusieurs chefs de groupes armés.

Un commandant taliban dans le nord-ouest du pays a indiqué mardi soir à l'AFP que M. Tasser avait initialement été enlevé par le Lashkar-e-Jhangvi, un groupe islamiste basé principalement dans le Pendjab, qui l'a ensuite remis au mouvement taliban pakistanais.

Selon deux autres chefs insurgés, il a été un temps entre les mains du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (IMU), un groupe lié à Al-Qaïda.

Les questions allaient bon train mercredi sur le paiement d'une rançon, chiffrée à plusieurs millions de dollars par des sources au sein des insurgés.

Mais selon un cadre des services du renseignement à Quetta, capitale du Baloutchistan, Taseer est parvenu à s'enfuir. «C'est un homme courageux et il s'est bien battu», a-t-il assuré, sous couvert de l'anonymat.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer