Attentats de Jakarta: 12 personnes arrêtées

Des hommes armés montent la garde devant la... (PHOTO REUTERS/ANTARA FOTO)

Agrandir

Des hommes armés montent la garde devant la maison d'un homme arrêté lors d'un raid policier, le 15 janvier à Tegal.

PHOTO REUTERS/ANTARA FOTO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivia RONDONUWU
Agence France-Presse
JAKARTA

Douze personnes ont été arrêtées en Indonésie après les attentats de Jakarta et l'une d'entre elles est soupçonnée d'avoir financé ces attaques avec des fonds reçus de l'organisation État islamique (EI) qui les a revendiquées, a annoncé samedi la police indonésienne.

Les enquêteurs ont également identifié les cinq assaillants tués au cours des attentats suicide et attaques à main armée jeudi qui ont fait deux morts et détruit un café Starbucks dans un quartier du centre abritant des centres commerciaux, les bureaux de plusieurs agences de l'ONU ainsi que des ambassades, notamment celle de France.

« L'une des personnes arrêtées a reçu un transfert de fonds de l'EI pour financer l'opération », a déclaré le chef de la police nationale, Badrodin Haiti.

L'argent a été versé en plusieurs fois et l'un des virements a « même atteint 70 millions de roupies », a-t-il ajouté, observant que les investigations se poursuivaient pour établir comment ces fonds avaient été utilisés.

Les 12 arrestations ont été effectuées dans plusieurs régions de ce pays d'Asie du Sud-Est. La police n'a donné aucun détail sur ces personnes, hormis le financier présumé des attaques, mais ajouté que des pistolets, balles et des téléphones mobiles avaient été saisis, ainsi que des plans en vue d'autres attaques.

Les enquêteurs soupçonnent Katibah Nusantara, groupuscule lié à l'organisation EI qui contrôle de vastes de territoires en Syrie et en Irak, d'avoir orchestré les attentats depuis la Syrie.

Les cinq assaillants ont été identifiés: deux d'entre eux avaient purgé des peines de prison. La police a révélé que l'un d'eux, Afif, alias Sunakin, s'était entraîné en 2010 dans un camp paramilitaire dans la province semi-autonome d'Aceh, à la pointe nord de l'île de Sumatra. Ce militant avait été condamné à sept ans de prison pour sa participation à ce camp illégal, mais libéré l'an passé, selon M. Haiti.

Arrestations en Malaisie 

Le chef de la police a confirmé qu'Afif était l'assaillant portant un jeans, un t-shirt noir et une casquette noire, se préparant à lever son arme sur une photo qui s'est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux indonésiens.

Selon M. Haiti, Afif a été recruté pour l'EI par l'extrémiste islamiste indonésien Bahrun Naim, qui serait le fondateur de Katibah Nusantara et se trouverait en Syrie. Il avait été arrêté en Indonésie en 2010 pour possession illégale de munitions et condamné à un an de prison.

Les fonds pour commettre les attentats de Jakarta ont été transférés via Naim, a dit M. Haiti.

La police a également révélé les noms des deux victimes: l'Indonésien Riko Hermawan, qui était en train de recevoir une amende avec sa motocyclette au moment où d'une explosion visant une guérite de la police, et Tahar Amer-Ouali, un Algérien qui a aussi la nationalité canadienne, selon le ministère algérien des Affaires étrangères.

Plus de 20 personnes ont été blessées, parmi lesquelles un Algérien, un Néerlandais, un Allemand et un Autrichien. Six policiers et un vigile ont également été blessés dans ces attaques qui ont duré 21 minutes, a précisé la police.

L'Indonésie a été visée par plusieurs attentats de grande ampleur perpétrés par des extrémistes islamistes entre 2000 et 2009, mais d'importantes mesures avaient par la suite permis d'affaiblir les réseaux extrémistes et d'éviter des attaques majeures.

Les autorités en Indonésie et dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est à majorité musulmane redoutent depuis des mois d'éventuelles attaques de militants revenant chez eux après être partis faire le djihad dans les rangs de l'EI.

En Malaisie, pays voisin de l'Indonésie, quatre militants soupçonnés d'avoir des liens avec l'EI ont été arrêtés et l'un d'eux envisageait de commettre un attentat suicide, a annoncé samedi le chef de la police malaisienne.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer