Pakistan: l'EI revendique une attaque contre une chaîne de la télévision

Des paramilitaires montent la garde devant les bureaux... (Photo Caren Firouz, Reuters)

Agrandir

Des paramilitaires montent la garde devant les bureaux de la chaîne ARY News après l'attentat qui a blessé un employé, à Islamabad, mercredi.

Photo Caren Firouz, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISLAMABAD

L'organisation djihadiste État islamique a revendiqué jeudi une attaque contre une chaîne de télévision pakistanaise qui a fait un blessé, dans un message enjoignant aux médias de ne pas « dissimuler les faits ».

Deux assaillants sur une moto ont jeté un engin explosif de type grenade et tiré vers les bureaux de la chaîne ARY à Islamabad mercredi.

Ils se sont enfuis lorsque des gardes de sécurité ont ouvert le feu sur eux, a indiqué la chaîne sur sa page Facebook, précisant qu'un employé avait été blessé à la tête par un éclat.

Les assaillants ont laissé des prospectus en ourdou et en anglais, appelant les médias à ne pas soutenir les autorités « apostat (...) dans leur campagne contre l'islam (...) en dissimulant les faits ».

Le groupe EI a par la suite revendiqué l'attaque par un message radio.

La police a indiqué avoir ouvert une enquête mais n'avoir interpellé aucun suspect pour le moment.

«Nouvelle attaque contre la liberté d'expression»

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty international a déploré « une nouvelle attaque contre la liberté d'expression au Pakistan », tandis que Reporters sans frontières (RSF) a appelé les autorités à agir « rapidement », soulignant que « les médias ne peuvent être considérés comme des cibles militaires ».

L'expert en sécurité Amir Rana a estimé que l'EI tentait de mettre un pied au Pakistan en se faisant connaître par des attaques.

« Pour l'instant leur visibilité reste faible, et c'est le moment pour les autorités de réagir promptement contre les gens de l'EI avant qu'ils ne lancent une attaque de grande envergure », a-t-il déclaré à l'AFP.

La police pakistanaise a indiqué en décembre avoir arrêté huit membres présumés de l'EI dans la province centrale du Pendjab, les accusant de fomenter des attentats.

En mai dernier, les djihadistes avaient revendiqué un attentat qui avait tué au moins 43 membres de la minorité ismaélite dans la ville portuaire de Karachi.

Islamabad a officiellement démenti toute présence opérationnelle de l'EI au Pakistan, mais les autorités ont dit craindre que les extrémistes recrutent parmi la kyrielle de groupes extrémistes actifs dans le pays.

Les États-Unis ont inscrit officiellement jeudi la branche de l'EI pour le Pakistan et l'Afghanistan sur la liste noire des organisations terroristes, quelques jours après l'attaque contre le consulat pakistanais en Afghanistan, la première revendiquée par l'EI contre un symbole du pouvoir pakistanais.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer