La Corée du Nord proteste contre son exclusion du forum de Davos

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Su-yong... (PHOTO RAY STUBBLEBINE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Su-yong aurait dû conduire la délégation de son pays pour ce rendez-vous prévu du 20 au 23 janvier.

PHOTO RAY STUBBLEBINE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÉOUL

La Corée du Nord a protesté jeudi contre son exclusion «injustifiable» du forum économique mondial (WEF) de Davos, estimant qu'il s'agissait d'une décision «sinistre» faisant le jeu des ennemis de Pyongyang.

La Corée du Nord prévoyait d'envoyer en Suisse pour la première fois depuis 18 ans une délégation de haut niveau.

Mais le WEF a annoncé mercredi qu'il lui retirait son invitation du fait du quatrième essai nucléaire mené le 6 janvier par la Corée du Nord.

Dans une lettre envoyée au Forum, le représentant permanent de la Corée du Nord à Genève a fait part de ses vives préoccupations face à cette décision «soudaine et irresponsable».

«Ce comportement du forum est un acte sinistre qui contrevient à l'impartialité et aux principes élémentaires devant être respectés par une instance internationale», dit cette lettre citée par l'agence officielle KCNA.

Depuis 1974, ce forum réunit chaque année les dirigeants politiques et les plus grands chefs d'entreprises de la planète dans la station de sports d'hiver de Davos, dans l'est de la Suisse.

Dans sa lettre, le représentant nord-coréen note que la décision d'y assister avait été prise en réponse aux invitations répétées de cette instance.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Su-yong aurait dû conduire la délégation de son pays pour ce rendez-vous prévu du 20 au 23 janvier.

Le retrait de l'invitation pour une «raison politique injustifiable» est «indigne», ajoute le texte. Le forum «profite des agissements de certaines forces qui mènent une politique hostile envers» la Corée du Nord.

Pyongyang a affirmé que l'engin testé la semaine dernière était une bombe à hydrogène, bien plus puissante que la bombe atomique ordinaire, ce qui a été mis en doute par de nombreux experts.

Le nouvel essai constitue néanmoins un pas de plus dans le programme atomique du régime le plus hermétique au monde, et une violation des résolutions de l'ONU qui interdisent à Pyongyang tout programme nucléaire ou balistique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer