Une statue géante de Mao érigée en Chine

D'un coût de trois millions de yuan (environ... (PHOTO AFP)

Agrandir

D'un coût de trois millions de yuan (environ 634 000 $) financés par un groupe d'entrepreneurs de la région, selon le site HMR.cn, la statue dorée, installée dans un champ, représente l'ex-dirigeant communiste assis sur un fauteuil, réfléchissant, les mains croisées.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Une statue de 37 mètres de Mao Zedong a été érigée dans la région du Hunan, dans le centre de la Chine, selon un site d'information chinois, suscitant des critiques d'internautes.

D'un coût de trois millions de yuan (environ 634 000 $) financés par un groupe d'entrepreneurs de la région, selon le site HMR.cn, la statue dorée, installée dans un champ, représente l'ex-dirigeant communiste assis sur un fauteuil, réfléchissant, les mains croisées.

La statue a été achevée en décembre après neuf mois d'ouvrage, selon ce site.

En dépit de millions de morts dont est accusé le fondateur de la République populaire de Chine en 1949, Mao, décédé en 1976, reste une figure vénérée par une bonne partie des Chinois, une stricte censure laissant dans l'ombre ses désastreuses campagnes politiques qui ont fait des millions de morts, du Grand bond en avant (1958-62) à la décennie de la Révolution culturelle, lancée en 1966.

Le dirigeant actuel Xi Jingping a salué en Mao Zedong une «grande figure», reprenant en partie une rhétorique en faveur de la centralisation du pouvoir, même si le parti communiste a reconnu, dans les années 1980, «des erreurs» passées.

Si beaucoup d'internautes ont salué l'initiative, d'autres ont critiqué la statue, soulignant qu'elle avait été érigée dans une région où la famine de la fin des années 50 aurait fait des millions de morts.

En juillet, un ancien responsable local du Parti communiste chinois (PCC) avait dû présenter ses excuses après avoir qualifié de «criminel» le Grand Timonier pour sa responsabilité dans les exactions commises sous la Révolution culturelle (1966-76).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer