Inde: démonstration de force d'un groupe nationaliste hindou

Les participants à ce rassemblement, tous des hommes,... (PHOTO AMIT DAVE, REUTERS)

Agrandir

Les participants à ce rassemblement, tous des hommes, ont défilé avec des bâtons, scandé des slogans, prié, et écouté attentivement le chef du RSS prononcer un discours.

PHOTO AMIT DAVE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PUNE

Short kaki, chemise blanche et couvre-chef noir... Plus de 150 000 nationalistes hindous se sont rassemblés dimanche dans l'ouest de l'Inde dans une des plus imposantes démonstrations de force de leur organisation extrémiste.

Le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, Corps national des volontaires) est un groupe radical souvent accusé d'attiser les braises des tensions intercommunautaires, considéré comme le mentor idéologique du parti de l'actuel premier ministre indien Narendra Modi, le BJP (Bharatiya Janata Party).

Les participants à ce rassemblement - le plus important de l'histoire du RSS et exceptionnellement ouvert aux médias -, tous des hommes, ont défilé avec des bâtons, scandé des slogans, prié, et écouté attentivement le chef du RSS prononcer un discours.

Une fanfare de 2000 volontaires du RSS a également joué pendant qu'un drapeau géant couleur safran - associée à l'hindouisme - était hissé au sommet d'un mât de 20 mètres dominant l'immense site à Pune, dans le Maharashtra.

Les politologues estiment que l'influence du RSS n'a jamais aussi forte que depuis l'élection de M. Modi en mai 2014.

« Les membres du RSS considèrent Modi comme un exemple », confie à l'AFP en marge du rassemblement Vinayak Deshpande, 32 ans. « Il donne de notre organisation une belle image. »

Le précédent rassemblement d'ampleur du RSS avait réuni 90 000 personnes en 2010.

Fondé en 1925, le RSS se veut la plus grande organisation religieuse du pays, avec environ cinq millions de membres, appelés « Swayamsevaks ».

Elle se présente comme un mouvement culturel dédié à la protection de la culture hindoue. Mais ses détracteurs y voient une organisation antimusulmane fascisante.

Le RSS a été interdit plusieurs fois depuis l'indépendance, notamment après qu'un de ses anciens membres eut assassiné le Mahatma Gandhi suspect de sympathies musulmanes et après qu'il eut incité à la destruction d'une célèbre mosquée, ce qui avait entraîné d'effroyables émeutes en 1992.

Les membres de cette organisation, tous des hommes élevés dans une discipline forgée par la pratique des arts martiaux, jurent fidélité à l'hindutva, la nation hindoue. Ils répandent leur doctrine nationaliste par l'éducation et le travail social.

Narendra Modi a passé sa jeunesse au sein du Rashtriya Swayamsevak Sangh.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer