Explosion meurtrière en Inde: un suspect recherché

L'explosion a fait au moins 88 morts samedi dans... (Photo Sam PANTHAKY, AFP)

Agrandir

L'explosion a fait au moins 88 morts samedi dans le centre de l'Inde, selon un nouveau bilan.

Photo Sam PANTHAKY, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Annie BANERJI
Agence France-Presse
NEW DELHI

La police indienne recherchait dimanche un homme soupçonné d'avoir illégalement entreposé les explosifs responsables de la puissante déflagration qui a fait au moins 88 morts samedi dans le centre de l'Inde, selon un nouveau bilan.

Cette catastrophe est survenue dans la localité de Petlawad, dans le district de Jhabua (État du Madhya Pradesh), à l'heure où des dizaines d'employés de bureau et d'écoliers prenaient leur petit-déjeuner dans un restaurant situé dans le bâtiment où s'est produite l'explosion.

«Le bilan officiel est de 88 morts à ce stade, mais le véritable chiffre pourrait être plus élevé, de l'ordre de la centaine de morts», a déclaré par téléphone à l'AFP Seema Alava, une responsable de la police du district.

Une centaine de personnes ont également été blessées, a-t-elle ajouté en précisant que les opérations de secours étaient désormais terminées dans cette localité située à 950 kilomètres, au sud de New Delhi.

L'explication initialement avancée était celle d'un drame provoqué par l'explosion d'une bonbonne de gaz, qui aurait entraîné celle d'explosifs entreposés illégalement dans le bâtiment du restaurant. Mais cette thèse n'était pas la bonne, selon Mme Alava.

«C'est l'inverse qui s'est produit. Ce sont les explosifs qui ont sauté en premier. La chaleur extrême a entraîné une réaction chimique (...) et tout a sauté après cela», a-t-elle poursuivi.

Cérémonies de crémation

La police est désormais à la recherche de l'homme soupçonné d'avoir rangé illégalement dans un entrepôt du restaurant de la dynamite, des détonateurs et d'autres explosifs utilisés notamment dans le secteur minier.

Cet homme, un certain Rajendra Kasawa, est avec son frère introuvable depuis samedi, selon Mme Alava.

Rajendra Kasawa avait les permis nécessaires à la détention de telles substances, a-t-elle concédé, mais celles-ci ont été entreposées «de façon non autorisée dans une zone résidentielle».

Le suspect est donc recherché pour homicide et détention illégale d'explosifs.

À en croire des habitants, M. Kasawa est un entrepreneur local qui aurait loué il y a cinq ans une partie du bâtiment pour lancer un commerce de produits agricoles.

«Nous avons travaillé presque toute la nuit», a dit Mme Alava. «Ce n'est qu'une question de temps avant qu'on le retrouve.»

Dimanche, le chef de l'exécutif du Madhya Pradesh, M. Shivraj Singh Chouhan, s'est rendu à Petlawad.

«Je suis profondément triste de ce qui s'est passé à Petlawad. Je n'ai pas dormi de la nuit», a-t-il déclaré aux journalistes avant de se rendre sur le lieu de l'explosion.

Le chef de l'exécutif de l'État a été assailli par des habitants lui demandant une meilleure application des normes de sécurité, et affirmant que les responsables du district n'avaient par le passé pas tenu compte de récriminations contre Rajendra Kasawa.

De nombreux habitants se sont plaints du fait que les industriels du secteur minier ou les entrepreneurs soient négligents avec leurs explosifs, et que les autorités ne soient pas assez strictes.

Le district de Jhabua compte de nombreuses mines de manganèse et de bauxite qui emploient notamment les habitants de villes comme Petlawad.

Des images de la télévision montraient samedi de nombreuses personnes et des sauveteurs fouillant à mains nues les gravats de béton et d'acier tandis que la police bouclait le quartier.

Des corps recouverts de cendres et de poussière étaient déposés sur la route, à côté de carcasses de véhicules calcinés, et des témoins rapportaient avoir vu des morceaux de corps éparpillés dans la rue.

Samedi soir, de nombreuses colonnes de fumée noire s'élevaient au-dessus de la ville, émanant de cérémonies funéraires de crémation organisées pour des dizaines de victimes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer