Législatives en Birmanie: Aung San Suu Kyi candidate

Des centaines de partisans avaient fait le déplacement... (PHOTO KHIN MAUNG WIN, AP)

Agrandir

Des centaines de partisans avaient fait le déplacement pour la voir soumettre sa candidature devant un tribunal de Rangoun.

PHOTO KHIN MAUNG WIN, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
RANGOUN

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a officiellement déposé sa candidature mercredi aux élections législatives du 8 novembre, auxquelles son parti est favori, le parti au pouvoir reconnaissant qu'il s'attendait à une bataille difficile.

Des centaines de partisans avaient fait le déplacement pour la voir soumettre sa candidature devant un tribunal de Rangoun. Elle n'a pas fait de déclaration publique, mais le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), Nyan Win, a déclaré attendre avec impatience le «démarrage de la campagne» début septembre.

Le même jour, l'USDP, le parti au pouvoir, héritier de la junte autodissoute en 2011, ont prévenu ses troupes que la situation était différente de celle de 2010.

«Nous n'attendons pas les mêmes résultats qu'en 2010. C'est impossible», a déclaré Maung Maung Thein, le secrétaire général de l'USDP.

Le parti, qui reste très influencé par les anciens dirigeants militaires, avait remporté alors les élections législatives à une large majorité lors de ce scrutin boycotté par la LND.

Cette fois-ci, le gouvernement réformateur a promis des élections libres et transparentes.

Les relations entre l'armée, toujours très influente au sein de l'ISDP, et le président du parti, Shwe Mann, se sont détériorées récemment. Il s'est explicitement opposé à l'armée en soutenant Aung San Suu Kyi dans son désir de réformer la Constitution qui l'empêche toujours de devenir présidente après les législatives.

L'Assemblée élue le 8 novembre devra élire quelques mois plus tard un président. Mais Aung San Suu Kyi ne pourra pas concourir à la plus haute fonction du pays, la Constitution héritée de l'époque de la junte l'empêchant de se présenter du fait de son mariage avec un étranger.

La prix Nobel de la paix sollicitera les suffrages dans la circonscription de Kawmhu où elle a déjà remporté la majorité des voix en 2012, lors des élections partielles qui lui ont ouvert les portes du Parlement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer