Vingt touristes interpellés en Chine

Le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa s'entretient avec le... (PHOTO NG HAN GUAN, REUTERS)

Agrandir

Le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa s'entretient avec le premier ministre chinois Li Kequiang, à Pékin, le 14 juillet.

PHOTO NG HAN GUAN, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Vingt touristes, majoritairement britanniques ou sud-africains, ont été arrêtés en Chine, certains d'entre eux étant accusés d'avoir consulté des «vidéos de propagande», a annoncé mercredi une ONG sud-africaine d'inspiration religieuse.

L'association humanitaire Gift of the Givers, basée dans la ville de Pietermaritzburg en Afrique du Sud, a précisé que ces 20 personnes avaient été interpellées vendredi à l'aéroport d'Ordos, en Mongolie-Intérieure, vaste région septentrionale chinoise.

Selon l'ONG spécialisée dans l'action humanitaire internationale, il s'agit de dix Sud-Africains, neuf Britanniques et un Indien.

Imtiaz Sooliman, le fondateur de l'ONG, a annoncé à l'AFP que 11 d'entre eux - cinq Sud-Africains et six Britanniques - avaient depuis été libérés et se préparaient à rentrer dans leur pays.

Trois proches de Shameel Joosub, le PDG de Vodacom font partie des Sud-Africains toujours détenus: son frère, son oncle et sa tante, a appris l'AFP auprès du porte-parole l'opérateur téléphonique.

«On ne nous a fourni aucune explication pour ces arrestations. Les Chinois, qui tentent désormais de trouver une justification à ces détentions, ont avancé que certains des membres étaient liés à un groupe terroriste», a indiqué Gift of the Givers sur sa page Facebook.

South Africans Detained in China: An UpdateFollowing an intervention by both the South African and British governments...

Posted by Gift of the Givers on Wednesday, July 15, 2015

«Les neuf restants sont gardés, sous aucune charge, dans un centre de détention, au motif qu'ils auraient visionné des vidéos de propagande», a ajouté l'association dans son communiqué.

«Ils n'ont aucune idée de la raison pourquoi ils sont détenus», a insisté Imtiaz Sooliman.

«Des consultations avec les autorités chinoises sont en cours pour leur libération», a expliqué la ministre sud-africaine des Affaires étrangères à la presse à Pretoria précisant que l'affaire était «traitée au plus haut niveau» grâce à la présence du vice-président Cyril Ramaphosa actuellement en voyage officiel en Chine.

Contacté par l'AFP, le ministère chinois de la Sécurité publique n'a pas donné suite.

L'association Gift of the Givers se présente sur son site internet comme une organisation humanitaire inspirée par un grand maître du soufisme, version mystique de l'islam apparue au VIIIe siècle.

L'ONG aide régulièrement les Sud-Africains détenus à l'étranger et a notamment participé à des négociations pour la libération d'otages au Yémen et au Mali.

Contactée mercredi par l'AFP, l'ambassade du Royaume-Uni à Pékin a confirmé que 11 Britanniques, dont deux possédant aussi la nationalité sud-africaine, avaient été interpellés.

«Six ont été expulsés. Les autres sont toujours en détention», a déclaré Anna Bradbury, porte-parole de la chancellerie britannique. L'ambassade «cherche à clarifier» le motif des détentions, a-t-elle ajouté.

Nelson Kgwete, porte-parole de la diplomatie sud-africaine cité par une télévision locale, a de son côté assuré que l'Afrique du Sud avait fourni une assistance consulaire après avoir appris «l'arrestation de dix citoyens sud-africains en Chine».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer