Naufrage d'un traversier aux Philippines: les recherches suspendues

Les bateaux des gardes-côtes et de la marine... (PHOTO IGNATIUS MARTIN, AFP)

Agrandir

Les bateaux des gardes-côtes et de la marine encerclaient l'épave, mais les plongeurs ont cessé d'explorer les profondeurs de la mer qui commençait à se former à cause de la  tempête tropicale Linfa, a déclaré le commandant de police chargé des secours, Asher Dolina.

PHOTO IGNATIUS MARTIN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ORMOC CITY

Les secours ont été contraints par le mauvais temps de suspendre leurs opérations pour retrouver plus d'une vingtaine de disparus après le naufrage d'un traversier dans le centre des Philippines, dans lequel 38 personnes ont péri, ont annoncé vendredi les autorités.

Le Kim Nirvana, un traversier de 33 tonnes, effectuait à la mi-journée la liaison entre Ormoc, sur l'île de Leyte, et les îles Camotes avec 189 personnes à bord lorsqu'il s'est retourné jeudi à quelques centaines de mètres de son port de départ.

D'après les autorités locales, 125 personnes avaient pu être secourues jeudi, mais depuis lors, aucun survivant n'a été retrouvé. Vingt-six personnes sont portées disparues.

Les bateaux des gardes-côtes et de la marine encerclaient l'épave, mais les plongeurs ont cessé d'explorer les profondeurs de la mer qui commençait à se former à cause de la  tempête tropicale Linfa, a déclaré le commandant de police chargé des secours, Asher Dolina.

Linfa doit passer au-dessus du nord de l'archipel dans la journée de vendredi.

«Les vagues sont hautes et c'est dangereux pour les plongeurs. Les eaux sont troubles, avec une visibilité quasiment nulle», a dit le policier à l'AFP.

Les autorités ne s'expliquent pas pour l'instant les causes du naufrage du traversier alors que le temps était relativement calme.

Mal entretenus et peu contrôlés, les traversiers sont l'un des principaux moyens de transport dans l'archipel, qui compte plus de 7100 îles. Ils sont empruntés par des millions de personnes trop pauvres pour prendre l'avion.

Les accidents maritimes sont fréquents, le plus souvent dus à des normes de sécurité peu strictes, des contrôles laxistes et des navires surchargés.

C'est aux Philippines qu'a eu lieu la plus grave catastrophe maritime jamais survenue en temps de paix: un traversier chargé de passagers était entré en collision avec un petit pétrolier au large de Manille en décembre 1987. Plus de 4300 personnes avaient été tuées.

L'été marque le début de la saison des pluies dans l'archipel, frappé chaque année par une vingtaine de typhons et tempêtes violentes qui sèment la mort sur leur passage.

En novembre 2013, le typhon Haiyan avait causé la mort de 7300 personnes dans l'est du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer