Chine: plus de 400 disparus dans le naufrage d'un bateau de croisière

Le capitaine et le chef mécanicien ont déclaré... (Photo: Reuters)

Agrandir

Le capitaine et le chef mécanicien ont déclaré que le bateau qui transportait 458 personnes avait été pris dans une «tornade». Seuls sept corps ont été retrouvés jusqu'à présent.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Neil CONNOR
Agence France-Presse
JIANLI, Chine

Une course contre la montre était engagée mardi pour tenter de sauver d'éventuels survivants prisonniers de l'épave d'un navire de croisière chinois, qui a sombré lundi soir dans le fleuve Yangtsé avec à son bord plus de 450 personnes.

Le Dongfangzhixing (Étoile de l'Orient) assurait la liaison entre deux anciennes capitales chinoises, Nankin (est) et Chongqing (centre), lorsqu'il a coulé dans la région de Jianli (province de Hubei) lundi soir à 21h28 heure locale (9h28 heure de Montréal).

Vingt-quatre heures plus tard, quatorze personnes seulement avaient été secourues, selon un bilan de l'agence officielle Chine nouvelle.

Tous deux sauvés, le capitaine et le chef mécanicien ont déclaré que le bateau qui transportait 458 personnes, avait été pris dans une «tornade».

Seuls sept corps ont été retrouvés jusqu'à présent, tandis que plus de 400 personnes, probablement prises au piège dans la coque, étaient portées disparues dans cette tragédie qui semble être la plus meurtrière de ces dernières années sur le Yangtsé.

Mardi soir, le premier ministre Li Keqiang, arrivé sur les lieux, a demandé aux plongeurs, dont 140 ont été déployés, de poursuivre leurs efforts durant la nuit pour tenter de retrouver des survivants.

Les secouristes ont donné des coups de marteau contre la coque du navire renversé, dont seule une petite partie émerge au-dessus de la surface du fleuve, et ont entendu des coups en retour depuis l'intérieur de l'épave, a rapporté le journal Hubei Daily. «Trois personnes ont été découvertes en vie».

Mardi après-midi, trois hommes-grenouilles ont découvert un homme de 21 ans dans un petit compartiment du navire.

La télévision publique a montré une femme de 65 ans tirée à l'aide de cordes par des sauveteurs en gilet orange juchés sur la coque émergée.

Un cordon de police empêchait tout accès à la presse étrangère environ deux kilomètres avant les lieux de la catastrophe, selon des reporters de l'AFP, refoulée sous une pluie torrentielle.

Sur l'axe routier menant au Yangtsé, des camions chargés de soldats croisaient des ambulances par dizaines, a constaté l'AFP.

«En moins d'une minute»

Lorsque l'«Etoile de l'Orient» a sombré, 458 personnes se trouvaient à son bord: 406 passagers chinois - surtout des personnes âgées -, cinq employés d'une agence de voyage et 47 membres de l'équipage, selon CCTV, un décompte écartant tout ressortissant étranger.

La cause exacte du naufrage n'était pas encore officiellement déterminée, mais le ministère des Transports a précisé que le navire, d'une capacité de 534 personnes, n'était pas surchargé.

Retenus et interrogés par la police, le capitaine et le chef mécanicien ont assuré que le navire s'était subitement incliné sous le coup de la «tornade» et avait disparu dans les eaux «en moins d'une minute», selon Chine nouvelle.

Sept des naufragés qui, après avoir nagé jusqu'au rivage, ont donné l'alerte.

La catastrophe s'est «déroulée de façon si fulgurante que le capitaine n'a pas même pas eu le temps d'envoyer un signal de détresse», a commenté Wang Yangsheng, l'un des responsables des secours.

Quelques instants avant le drame, «la pluie battait le flanc droit du navire et pénétrait dans de nombreuses cabines», a raconté Zhang Hui, l'un des rescapés, cité par Chine nouvelle.

Ce guide touristique n'a eu que «30 secondes pour enfiler un gilet de sauvetage» avant de se retrouver plongé dans les eaux tumultueuses du Yangtsé, entouré d'une «douzaine de personnes qui criaient à l'aide».



Les secouristes ont à plusieurs reprises frappé à... (IMAGE CCTV/AP) - image 3.0

Agrandir

Les secouristes ont à plusieurs reprises frappé à coups de marteau contre la coque du navire renversé, dont seule une petite partie émerge au-dessus de la surface du fleuve, et ont entendu des coups en retour depuis l'intérieur de l'épave.

IMAGE CCTV/AP

Beaucoup de retraités

Au total, plus de 200 des passagers étaient originaires de la province du Jiangsu, et 97 habitaient Shanghai, selon le Quotidien du Peuple. Et selon une liste publiée par Dongfang Weibao, un journal de Nankin, la «grande majorité» des croisiéristes étaient âgés de 60 à 80 ans.

Des dizaines de proches des passagers, rassemblés à Shanghai, se désolaient d'être laissés sans nouvelles par l'agence touristique Xiehe, qui avait fermé ses portes. «J'ai appelé ma femme hier soir, elle m'a dit qu'il y a avait des orages (...) Ce matin, son téléphone ne répondait plus», a relaté à l'AFP M. Zhang.

L'«Étoile de l'Orient», long de 76 mètres et opéré par la compagnie Chongqing Dongfang, devait traverser les passes spectaculaires des Trois Gorges, haut lieu touristique où est édifié l'un des plus imposants barrages du monde.

Un expert d'un comité de gestion des ressources en eau du Yangtsé, cité par le quotidien Nanfang Dushibao, a suggéré que le barrage puisse être utilisé pour réduire en aval le débit du fleuve, afin de faciliter les opérations de secours.

Le Yangtsé, plus long fleuve d'Asie (6300 km) avait déjà été le théâtre d'un accident de navigation en janvier dans lequel 22 personnes, dont huit étrangers, avaient péri.Le Yangtsé, le plus long fleuve d'Asie (6300 km) avait déjà été le théâtre ces dernières années de quelques accidents de navigation, dont un en janvier, dans lequel 22 personnes, dont huit étrangers, avaient péri dans le naufrage d'un remorqueur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer