L'Indonésie a exécuté sept condamnés étrangers

Des gardes surveillent un groupe de manifestants qui... (Photo Achmad Ibrahim, AP)

Agrandir

Des gardes surveillent un groupe de manifestants qui demandent au gouvernement d'annuler les exécutions des prisonniers, tous emprisonnés pour des crimes reliés au trafic de drogue, à Jakarta.

Photo Achmad Ibrahim, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nick PERRY
Agence France-Presse
CILACAP

L'Indonésie a, malgré les appels insistants de la communauté internationale, exécuté mercredi huit condamnés à mort pour trafic de drogue, parmi lesquels sept étrangers, tandis qu'une Philippine a obtenu un sursis au dernier moment, selon des médias locaux.

Défiant de vives critiques internationales et de multiples appels à la clémence, les autorités ont fusillé sept hommes peu après minuit, selon ces médias.

Cependant, une Philippine a obtenu un sursis à la dernière minute, après qu'une personne soupçonnée de l'avoir recrutée pour transporter de la drogue en Indonésie s'est rendue aux autorités aux Philippines, ont indiqué la chaîne publique Metro TV et le journal Jakarta Post.

«Nous sommes tellement heureux. Je n'arrive pas y croire. Je n'arrive pas à croire que mon enfant va vivre», a déclaré Celia Veloso, mère de la condamnée, à la radio philippine DZMM. «Les miracles se réalisent donc», a-t-elle ajouté.

Les huit hommes - deux Australiens, un Brésilien, quatre Nigérians et un Indonésien - ont été passés par les armes au complexe pénitentiaire de l'île isolée de Nusakambangan, accessible par la ville portuaire de Cilacap, selon les médias.

Aucune confirmation officielle n'a pu être obtenue pour le moment.

L'Australie a annoncé mercredi qu'elle allait rappeler son ambassadeur après les exécutions de deux de ses ressortissants, selon le Premier ministre Tony Abbott.

Un haut responsable du ministère australien des Affaires étrangères avait auparavant qualifié sur Twitter la peine de mort d'«abus de pouvoir étatique» et le leader de l'opposition travailliste australienne Bill Shorten avait demandé une «réponse forte» de la part du gouvernement de son pays.

La France a réagi en rappelant «son opposition à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances» et s'est dit «solidaire avec les pays des ressortissants» étrangers exécutés. «Les autorités françaises demeurent totalement mobilisées en faveur de Serge Atlaoui, dont la situation reste très préoccupante», a ajouté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le gouvernement brésilien a reçu avec une «profonde consternation» la nouvelle de l'exécution d'un de ses ressortissants en Indonésie pour trafic de drogue, deuxième Brésilien exécuté dans l'archipel depuis le début de l'année.

Peloton de 12 tireurs 

En Indonésie, les condamnés à mort sont extraits de leur cellule à l'isolement, conduits dans une clairière, attachés à un poteau et fusillés par un peloton d'exécution de 12 tireurs.

Condamné à mort lui aussi pour trafic de drogue, le Français Serge Atlaoui, 51 ans, avait été retiré au dernier moment de cette liste en raison d'un recours devant la justice. Mais le parquet général indonésien a réaffirmé mardi à l'AFP qu'en cas de rejet de sa procédure administrative, il serait exécuté seul et que les autorités n'attendraient «pas très longtemps».

Intransigeant sur l'application de la peine de mort pour trafic de stupéfiants, le président indonésien Joko Widodo est resté sourd aux nombreux appels à la clémence et aux pressions diplomatiques internationales contre la peine capitale, qui s'étaient intensifiées jusqu'au dernier moment.

L'ONG Amnesty International a vivement critiqué les nouvelles exécutions «totalement répréhensibles» et appelé le président indonésien à «abandonner immédiatement les projets de nouvelles exécutions».

Dans les heures qui ont précédé la mort des condamnés, les familles des détenus ont rendu une dernière visite à leurs proches, dans une atmosphère empreinte d'angoisse, de tristesse et d'émotion.

«S'il vous plaît, président, ne le tuez pas», avait imploré, en larmes, la mère du condamné australien Myuran Sukumaran, 34 ans.

Le deuxième Australien exécuté, Andrew Chan, 31 ans, avait épousé lundi sa compagne indonésienne lors d'une cérémonie en présence de membres de la famille et d'amis au complexe pénitentiaire, son dernier souhait.

L'un des avocats indonésiens représentant les deux Australiens s'est dit «désolé» sur Twitter de n'avoir pu empêcher leur exécution. «J'ai échoué. J'ai perdu», a écrit Todung Mulya Lubis.

L'information sur le sursis accordé contre toute attente à la Philippine Mary Jane Veloso est intervenue après une intense campagne dans son pays pour lui sauver la vie. Cette domestique de 30 ans, mère de deux jeunes garçons, n'a cessé de répéter qu'elle avait été victime d'un réseau international de trafiquants de drogue.

«C'est la meilleure nouvelle qu'on pouvait imaginer, en particulier pour un avocat qui a presque tout vu», a réagi l'avocat de la jeune Philippine, Edre Olalia, à Cilacap.

Le président philippin Benigno Aquino s'était personnellement impliqué en demandant la clémence de son homologue indonésien, et le champion de boxe philippin Manny Pacquiao, star dans son pays et très populaire en Indonésie, avait interpellé dans une vidéo M. Widodo en le suppliant de ne pas exécuter Mary Jane Veloso.

Peu après sa prise de fonction en octobre dernier, le président indonésien a rejeté toutes les demandes de grâce de condamnés à mort pour trafic de drogue, estimant que son pays avait besoin d'une «thérapie de choc» pour faire face à ce fléau qui fait des milliers de morts chaque année.

En janvier, l'Indonésie avait fusillé six condamnés pour trafic de drogue (dont cinq étrangers), provoquant des critiques internationales. Le Brésil et les Pays-Bas avaient rappelé leur ambassadeur pour protester contre l'exécution d'un ressortissant de leur pays. 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer